vendredi 26 février 2021

La Cdpa persiste et signe : Les réformes politiques avant les locales


cdpa


La Convention Démocratique des Peuples Africains (Cdpa) de Mme Brigitte Adjamagbo Johnson a animé ce dimanche un meeting de sensibilisation et d’information à Agoè Kossigan. La délégation conduite par Pascal Adoko, un des responsables du parti, a entretenu la population sur l’urgence de l’organisation des locales qui doivent, selon lui, nécessairement passer par les réformes politiques.
 
Le parti “aux couleurs roses“ persiste et signe. Le gouvernement doit d’urgence organiser les élections locales, et ce la doit se faire après les réformes politiques. Pour Pascal Adoko, les Togolais ne désirent qu’une seule chose, les élections locales.
 
« Les Togolais veulent les locales, et nous sommes venus expliquer aux populations d’Agoè Kossigan la nécessité de ces élections. Dès que j’ai posé la question de savoir si l’eau courante est coupée dans ce quartier, elles ont compris immédiatement que les locales sont très importantes », a-t-il déclaré.
 
A l’en croire, son parti avait envoyé une correspondance au ministre de l’Administration territoriale dans laquelle il traduisait le désidérata des Togolais concernant les locales. Mais il a affirmé n’être pas satisfait par la réponse du ministre.
 
« Nous leur avons dit que c’est ce qu’il faut aujourd’hui et rappelé que nous avons écrit au ministre de l’Administration territoriale dans ce sens. Et que la réponse que le ministre nous a donnée ne nous satisfait pas. Il donne l’impression d’utiliser toute l’année 2016, rien pour décliner une feuille de route », a-t-il indiqué.
 
Et de poursuivre : « Pour nous, ce n’est pas acceptable et la population aussi n’est pas d’accord. Il faut gouverner par fixation d’objectifs. Il faut dire le 20 novembre, on ira aux locales et on travaillera pour cela. Nous presserons le pas là où il le faut. Cela fait 30 ans qu’on l’a fait donc il faut qu’on le fasse. Les populations nous ont dit si c’est comme ça, pas d’élections locales, pas de taxes sur habitation ».
 
Pour la Cdpa de Brigitte Adjamagbo Johnson, il ne serait question d’organiser les locales sans que les réformes ne soient opérées. Le parti en fait une condition sine qua non. La Cdpa se dit déçue par le laxisme dont fait preuve le gouvernement, nonobstant les nombreux engagements pris dans ce sens.
 
« Dans les tiroirs du Togo, dorment encore les dossiers des réformes. C’est honteux que depuis 2006, après plusieurs engagements, on soit incapable d’opérer ces réformes », a déploré Pascal Adoko.
 
Il estime que le moment est arrivé de limiter le mandat présidentiel au Togo.
 
« Nous en appelons au génie du peuple togolais dans toutes ses composantes pour trouver les mécanismes dans un texte, qu’il mette fin à la fraude électorale », a-t-il souhaité.
 
 
SJ
 
source : icilome
 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *