Changements climatiques : Le Projet d’adaptation des systèmes de production agricole lancé dans le canton de Lavié


Le projet d’adaptation des systèmes de production agricole du canton de Lavié (Préfecture de Kloto) aux phénomènes des changements climatiques a été lancé mardi par l’Association Togolaise de Recherche et d’Appui au Développement Humain Durable (ASTERADHD). La cérémonie présidée par le préfet de Kloto Awou Tèko Apédo s’est déroulée dans ledit canton (environ 135 km au nord de Lomé), a constaté le correspondant de l’Agence Savoir News.
Le chef canton de Lavié Apédomé, Togbui Atakpazé III, le.directeur préfectoral de l’environnement et des ressources forestières de Kloto Essowazina Tchagafo ainsi que le directeur exécutif de l’Ong ASTERADHD Koffi Komlan Nayawo ont assisté à cette cérémonie.
La dégradation des niveaux de vie des populations rurales en majorité de la préfecture de Kloto en générale et de du Canton de Lavié en particulier s’accentue au jour le jour. Cette situation est étroitement liée aux phénomènes des changements climatiques, couplés des pressions exercées par l’homme sur l’environnement notamment le déboisement, les feux de brousse, la pollution du sol, de l’air et des eaux de surface et souterraines, l’érosion due à la perte de la couverture végétale etc.…
L’objectif général de ce Projet est de contribuer à la réduction des effets des changements climatiques sur les ressources naturelles en vue de soutenir les productions.
« L’objectif poursuivi par ce projet c’est d’amener les populations de Lavié à prendre conscience du phénomène des changements climatiques dans leurs milieux, des actions qu’elles posent et qui ne vont pas dans le bon sens pour les productions agricoles, a indiqué Koffi Komlan Nayawo.
Selon lui, cette nouvelle situation dans Lavié provient des populations elles-mêmes : « Nous avons vu que les montagnes de Lavié sont complètement dénudées et c’est l’action de l’homme. Ils ont brulé tout, mais ils ne plantent pas. Il faut faire prendre conscience aux populations de Lavié qu’il faut cesser de brûler la forêt, de couper les arbres en désordre, mais de planter assez d’arbres dans les champs et la localité, de faire l’agroforesterie et la sylviculture ».
C’est dans cette logique que l’Ong ASTERADHD dans ses efforts pour un développement humain durable, a initié en étroite collaboration avec les communautés des cantons de Lavié des actions visant à développer des stratégies pour non seulement permettre une bonne adaptation, mais aussi et surtout prévenir les risques liés aux actions anthropiques.
Pour Essowazina Tchagafo, ce projet d’adaptation des systèmes de production agricole des cantons de lavié aux phénomènes des changements climatiques vient à point nommé quand on sait que ce sujet est important au vue de la dégradation sans cesse croissant des flancs de la montagne de la préfecture de Kloto en général et celui des cantons de Lavié en particulier.
Le projet est financé par le Fonds pour l’environnement mondial (FEM) à hauteur de 11 millions pour une durée de deux ans (2012 à 2014) .
Pour sa réussite, le projet nécessite la contribution des différents partenaires et acteurs.
Le directeur exécutif de l’Ong ASTERADHD a pour sa part, invité les populations du Canton de Lavié à s’approprier ce projet dont elles sont porteuses et bénéficiaires.
« Nous allons former les populations de Lavié en agroforesterie et à la sylviculture. Nous aurons aussi à faire un voyage sur Danyi chez les Moines à Dzogbégan pour que les populations puissent voir ce que les Moines ont pu réaliser comme action pour la transformation des produits agricoles et l’agroforesterie, la sylviculture et l’apiculture que font les moines pour protéger l’environnement », a souligné Koffi Komlan Nayawo.
Dans chaque village les populations feront des pépinières, elles planteront aussi des arbres sur des parcelles. Un groupe anti-feu sera formé et équipé de matériaux pour protéger la montagne de Lavié, a-t-il ajouté.
Rappelons que « ASTEREDHD » est une ONG qui a pour but de promouvoir un développement humain durable en vue de la réduction de la pauvreté pour améliorer les conditions de vie socio-économique et culturelle des populations, tout en respectant l’environnement. Elle a pour mission de favoriser le développement qui tient compte de la protection de l’environnement, de l’équité genre pour amener les populations à se prendre en charge. FIN
En Photo : Koffi Komlan Nayawo
De Kpalimé, Maestro Mensah ASSOGBAGUE
savoirnews