Claude Améganvi pas du tout content de l’ANC et du CAP 2015


claudeameganvi_500


Décidément, Claude Améganvi, le leader du Front Tchoboé, un regroupement de partis politiques de l’opposition et des organisations de défense des droits de l’homme qui a lutté en vain pour empêcher l’élection présidentielle du 25 avril 2015, ne pardonnera jamais l’Alliance nationale pour le changement (ANC) et le Combat pour l’alternance politique en 2015 (CAP 2015) pour leur participation à cette élection remportée, selon les résultats officiels, par Faure Gnassingbé.
 
Après avoir traité, il y a quelques temps, Jean-Pierre Fabre et son parti l’ANC de « béquille » au pouvoir en place pour la dernière présidentielle, le premier responsable du Parti des Travailleurs n’y a pas été du dos de la cuillère pour qualifier le CAP 2015, une coalition de cinq (5) partis politiques qui a porté Jean-Pierre Fabre au scrutin présidentiel du 25 avril dernier sur les ondes de la radio Victoire FM ce vendredi.
 
« Le CAP 2015 est composé d’un certain nombre de partis qui ont déjà participé au régime du RPT/UNIR et d’un parti qui n’y a pas participé. En d’autres termes, c’est un conglomérat informe. Ils ont des personnalités pour faire la politique mais cette façon de faire des choix politiques disant que quelles que soient les conditions on va aux élections, amène à des catastrophes telles que nous l’avons vu depuis maintenant 22 ans », a déclaré M. Améganvi.
 
Pour lui, depuis les élections législatives de juillet 2013, le peuple togolais savait que l’alternance n’est pas possible par la voie des élections « tant le clan des Gnassingbé sera dans la course ».
 
Pour arriver à l’alternance au Togo, a-t-il poursuivi, il n’y a pas d’autres moyens que « la révolution ».
 
Telli K.
 
source : afreepress
 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *