Un comité ad hoc à la tête du CAR travaillera pour le probable retour de Me Yawovi Agboyibo dans 60 jours


car_Awuku_Nador


« Le Comité d’action pour le renouveau (CAR) est désormais délivré, gloire soit rendue à Dieu ! ». C’est par ces mots que Awuku Nador, président du comité de gestion intérimaire mis en place par les présidents et délégués des 36 fédérations du parti politique de l’opposition togolaise, a sonné le glas de l’ère Me Dodji Apévon à la tête du CAR ce samedi à Lomé, à la fin d’une réunion.
 
Ensemble avec ses 18 collaborateurs dont les plus connus sont le député Jean Kissi (secrétaire général), Akoété Dagban (coordinateur Lomé Commune Golfe), Yawo Ata Etadzi (coordinateur des plateaux) et Kodzo Awudzi (commissaire à la communication), la nouvelle figure dont le nom résonnera sur tous les toits, a promis tenir dans un délai de 60 jours, conformément à ce qui a été décidé à la réunion des présidents et délégués des 36 fédérations, un congrès extraordinaire électif à l’issue duquel sera rendu public le nom d’un nouveau président élu pour ce parti en crise depuis novembre 2015.
 
Tout en rappelant que la crise fait désormais partie du passé, le nouvel homme fort du CAR n’a pas manqué de laisser filtrer ce qui sera fait durant le délai imparti au comité ad hoc : travailler à consacrer le retour d’une « méthode abandonnée » et dont un seul homme connaissait les tenants et les aboutissants : Me Yawovi Agboyibo.
 
« La lutte piétine, stagne et les populations ne savent à quel saint se vouer. Par faute d’alternative crédible, elles continuent de croire que le refus de tout dialogue demeure la meilleure voie pour trouver des solutions à leurs problèmes, notamment ceux des réformes sociopolitiques et institutionnelles », a lancé M. Nador.
 
Selon lui, il ne s’agit pas du retour d’un homme. « C’est plutôt le retour d’une autre façon de faire la politique », a-t-il annoncé tout en promettant que rien ne peut arrêter ou inquiéter le comité de gestion intérimaire dans l’accomplissement de cette « mission ».
 
Un appel est d’ailleurs lancé à tous les militants du CAR pour leur dire que cette crise qui, selon le nouveau locataire du siège du CAR, a été l’œuvre de « manipulations extérieures », fait définitivement partie du passé et que le CAR a repris du service.
 
Le comité ad hoc demande par la même occasion au gouvernement et à la communauté internationale de trouver en ce comité le seul interlocuteur pour tout ce qui concerne ce parti politique.
 
Pour rappel, la réunion des présidents et délégués des 36 fédérations du CAR de ce samedi est l’épilogue d’une longue crise qui a démarré en novembre 2015 et au cours de laquelle Me Paul Dodji Apévon, celui qu’il est convenu désormais d’appeler ancien président du CAR (2008-2016), est entré en conflit avec son prédécesseur, Me Yawovi Agboyibo qui probablement fera avant la fin de cette année, un retour triomphal à la tête du CAR.
 
Telli K.
 
source : afreepress