Communiqué de la CDPA au sujet de l’affaire Wacem


Depuis quelques semaines le journalisme d’investigation togolais révèle au grand jour des pratiques douteuses d’entreprises et de groupes industriels implantés au Togo. Après les révélations sur la formation du capital de la Société aéroportuaire de Lomé-Tokoin (Salt), il publie la liste d’actionnaires de la cimenterie West african cement sarl (Wacem sarl) et surtout démontre comment à travers des sociétés écrans, elle organise des évasions fiscales. Ces révélations sont corroborées par d’autres sources tout aussi crédibles.
 
Brigitte-Adjamagbo-johnson_05sep2015


Pour la CDPA, une telle information dévoile une fois encore le fonctionnement de Wacem sarl devenue un mouroir semant la désolation et la consternation au sein de ses employés, de la population de Yoto et partant du peuple togolais.
 
Le dossier Wacem sarl révèle aussi le vide juridique sur la répartition du capital dans les sociétés d’économie mixte où l’Etat est majoritaire : rien n’étant fait pour favoriser l’épargne publique dans la formation du capital desdites sociétés, la voie n’est ouverte que pour quelques privilégiés.
 
Au regard de cette information, les togolais n’en seraient pas à se poser des questions d’éventuels conflits d’intérêts si la transparence était de mise dans la gouvernance au Togo et surtout si les serviteurs de l’Etat publiaient leur patrimoine au début et à la fin de leur fonction comme la constitution les y oblige.
 
Par ailleurs, malgré les remous que suscitent les publications relatives à cette affaire Wacem sarl, la CDPA observe plusieurs jours après que les autorités ne font rien pour éclairer l’opinion publique comme cela se doit dans un Etat de droit.
 
La CDPA désapprouve ce silence. Au nom de l’éthique morale et politique, elle demande aux personnes impliquées dans la supposée évasion fiscale de situer le peuple, ou à défaut, de prendre leurs responsabilités en tirant les conséquences de leurs actes.
 
La CDPA invite la représentation nationale à mettre en place une commission parlementaire pour faire la lumière sur les pratiques d’évasions fiscales dans notre pays. Elle demande instamment aux autorités gouvernementales de prendre des initiatives aboutissant dans les meilleurs délais à l’adoption de textes susceptibles de lutter efficacement contre les évasions fiscales et de favoriser l’épargne publique dans la formation du capital des sociétés d’économie mixte où l’Etat est majoritaire.
 
La CDPA saisit cette opportunité pour féliciter les journalistes et les invite à persister dans leurs investigations : la démocratie et la justice sociale y gagneront au Togo.
 
Fait à Lomé ce 6 août 2016
La Secrétaire Générale
SIGNE
Brigitte Kafui ADJAMAGBO JOHNSON

 
lomévi (www.togoactualite.com)