Conférence de presse du parti politique « Les Démocrates » : «…Notre indépendance est en deuil. (…) Notre souveraineté est prise enotage.. » dixit Nicodème HABIA


Le président de la formation politique togolaise « Les Démocrates », Nicodème HABIA a tenu au siège de son parti sis à Bè-Gbényédji dans la matinée de ce lundi 25 avril 2016, une conférence de presse. A cette rencontre avec la presse, il a été surtout question de situer l’opinion publique sur la position de « Les Démocrates » dans la commémoration du 56e anniversaire du Togo à la souveraineté internationale«…Notre indépendance est en deuil. (…) Notre souveraineté est prise en otage.. » a laissé entendre Nicodème HABIA.
 
nicodeme_habia_parti-les-democrates


En prélude à la commémoration du 56e anniversaire de l’indépendance du Togo, les responsables du parti politique « Les Démocrates » ont rencontré la presse. Une occasion pour le président de cette formation politique de donner la position de sa formation politique par rapport aux festivités qui marqueront cet anniversaire. Pour Nicodème HABIA, le Togo est en deuil et c’est d’ailleurs cette raison qui justifie le port de la couleur noire des militants de ce parti à cette rencontre avec les professionnels des médias. « Si vous nous voyez aujourd’hui en noir, c’est parce que nous sommes en deuil. Et nous décrétons trois de deuil parce que le Togo est malade », a laissé entendre Nicodème HABIA. Abordant les festivités proprement dites le président de « Les Démocrates a affirmé que : « La seule question qui se pose et qui s’impose est de savoir si les Togolais jouissent véritablement de cette indépendance ? » Nicodèmes HABIA répond : « La réponse est d’emblée Non ! Le Togo notre chère patrie est loin d’être une Nation. Les populations à l’intérieur sont malmenées, opprimées et terrorisées. »
 
Dans son allocution, le président de « Les Démocrates » a énuméré un certain nombre de problème que traversent le pays et particulièrement ses compatriotes dans leur ensemble. Il a ensuite dénoncé les conditions de travail et de vie des travailleurs, l’embastillement fantaisiste dont font l’objet certains citoyens de la part des dirigeants du pays et les violations permanentes des droits de l’homme, la régression de la liberté d’expression, le tout couronné par l’assassinat du premier président démocratiquement élu de la jeune République togolaise Sylvanus OLYMPIO. Tout cela fait dire à Nicodème HABIA que : «…Notre indépendance est en deuil. (…) Notre souveraineté est en otage. » Au regard de ce constat amer, le président de « Les Démocrates » affirme : « Le parti politique les Démocrates se demande alors pourquoi célébrer cette date avec faste ? » A en croire Nicodème HABIA, cette rencontre avec la presse, marque également la rentrée politique de son parti en tant qu’éveilleur de conscience. « Ce lundi 25 avril 2016 marque la rentrée politique du parti politique les Démocrates qui, en éveilleur de conscience, ne trouve aucune légitimité dans la célébration de cette fête et pour cette raison primordiale décrète trois jours de deuil national à compter de ce jour pour la remobilisation et la conscientisation de la population », a-t-il indiqué puis de formuler le vœu que le Togo soit compté dans « le concert des pays normaux ». « Du moment où la constitution togolaise que le peuple s’est librement donné, nous permet en son article 150 d’user de tous moyens pour débarrasser le Togo de tout usurpateur, le parti « Les Démocrates » lance un appel à tous les patriotes togolais de l’intérieur et de la diaspora de se lever comme un seul homme pour mettre hors d’état de nuire cette dictature implacable, cinquantenaire, sanguinaire qui terrorise les pauvres populations et pille les richesses du pays d’une façon exponentielle», a martelé Nicodème HABIA qui a saisi cette occasion pour demander la libération immédiate de certains prisonniers, en l’occurrence ceux qui ont été arrêtés et qui sont gardés encore en détention dans l’affaire des incendies des marchés de Lomé et de Kara sans oublier les manifestants de Mango, surtout les professeurs mis aux arrêts.
 
Idelphonse Akpaki
 
source : La Gazette du Togo
 




 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Welcome Back!

Login to your account below

Retrieve your password

Please enter your username or email address to reset your password.

Aller à la barre d’outils