Contestation des résultats du scrutin de février 2020/Agbeyomé Kodjo n’a pas fui le Togo comme le dit la rumeur (Brigitte Adjamagbo-Johnson)

0
750

Par alome

L’information relayée par plusieurs sources proches du régime togolais a annoncé durant tout le week-end écoulé la fuite vers le Ghana de Gabriel Messan Kodjo de la DMK (Dynamique Monseigneur Kpodzro). Une information démentie par plusieurs proches de l’intéressé. Démenti systématisé par Kafui B. Adjamagbo-Johnson ce 13 juillet.

«Dr A. Kodjo s’est tout juste mis a l’abri. Il est menacé», a résumé dame Adjamagbo-Johnson (porte-parole de Dr Kodjo lors de la présidentielle 2020) tout en rappelant les détails de la conférence de presse donnée en fin de semaine dernière par la DMK. «Il a annoncé lui-même se cacher pour préserver son intégrité physique, mais est bel et bien sur le territoire togolais», rassure un autre proche d’A. Kodjo.

Gabriel Kodjo n’a pas fui le Togo selon les dires de Mme Adjamagbo-Johnson qui laisse la paternité de l’information de la «fuite du Togo par ce politique» à ses auteurs qui «disséminent ces informations pour de funestes et viles raisons. Dr Kodjo s’est investi d’une mission : se battre pour que l’alternance intervienne en 2020 au Togo», a complété Mme Adjamagbo-Johnson.

«Après des investigations sérieuses et croisées, il ressort que des desseins hautement malveillants seraient planifiés contre ma personne dans le cadre de ma convocation dont l’ultime but est de m’éliminer par tous les moyens, pour permettre à l’inénarrable putschiste de jouir du pouvoir d’Etat usurpé», s’est défendu le leader du MPDD, Dr Gabriel Kodjo, pour justifier son refus de déférer à une convocation d’une juge du Tribunal de Lomé le 10 juillet dernier. Et d’en appeler aussi le 09 juillet dernier, et de nouveau, «aux forces de défense et de sécurité, dont la mission première est d’assurer la protection de la souveraineté nationale, de prendre le parti, plus que jamais, de respecter la vérité des urnes, et en défendant l’intérêt supérieur de la nation. En ma qualité de président démocratiquement élu du Togo, je tiens à rassurer la nation toute entière que la libération nationale ne se fait contre personne, mais vise plutôt une libération individuelle et collective du joug du mal, des ténèbres et de la haine», s’est expliqué l’ex Premier ministre du Togo sur Whatsapp.

Depuis le 24 avril dernier, Dr Kodjo, Marc Mondji (assistant personnel de Mgr Kpodzro), Brigitte Adjamagbo et Fulbert Attisso sont placés sous contrôle judiciaire dans le cadre de leur contestation des résultats du scrutin présidentiel du 22 février dernier.

Akoyi A. & E. G. /alome

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

+ 8 = 18