Convoi de camions à destination du Togo : L’opposition ghanéenne accuse Akufo-Addo de soutenir Faure Gnassingbé

0
1506
Deux des camions utilisés pour le convoi
Deux des camions utilisés pour le convoi
Deux des camions utilisés pour le convoi

L’information a été donnée par un responsable politique ghanéen. Le gouvernement de Nana Akufo-Addo s’implique dans l’élection présidentielle du 22 février 2020. Il ne s’agit pas d’une intervention officielle du genre observation électorale ou dialogue politique. Selon James Gunu, Secrétaire régional Volta-Region du Congrès National Démocratique (NDC), l’administration Akufo-Addo soutient l’un des candidats à l’élection présidentielle au Togo.

A en croire le leader politique, les manœuvres ont débuté dans la journée du mercredi 12 février 2020 avec la traversée de la frontière togolaise par un convoi de véhicules d’immatriculation ghanéenne. Il s’agit d’un bus STC portant le numéro d’immatriculation GE 8147-16 ainsi que six autres véhicules immatriculés GE 9683-12, GV1011-14, GV 1013-14, GV 1014-14, GV 1015-14, GV 1027-14. L’identité des conducteurs a été également dévoilée, sans doute pour prévenir tout démenti de la part des autorités. «De plus amples informations ont révélé que six (6) camions de marchandises lourds entièrement chargés avec des articles de secours divers comme du riz, de l’huile de cuisson ainsi que des matelas d’étudiants ont été convoyés vers le Togo plus tôt », écrit James Gunu.

Signe que l’envoi de ces camions a été organisé depuis les hautes sphères de l’Etat, le personnel, mais aussi le Directeur général de l’Organe en charge de la gestion des catastrophes du Ghana, Nana Agyemang Prempeh, des policiers et des officiers militaires ont participé à l’opération.

Deux des camions utilisés pour le convoi
Deux des camions utilisés pour le convoi

Si l’envoi d’un tel convoi ne pose à priori aucun problème, le contexte sociopolitique aussi bien au Togo qu’au Ghana ne s’y prête pas. Et pour cause, le premier tour de l’élection présidentielle au Togo est prévu au 22 février 2020 et les candidats sont en campagne. Une période qui rime souvent avec la volonté des candidats, principalement celui du pouvoir, de s’assurer du vote de ses compatriotes à travers une opération d’achat des consciences. Des gadgets ainsi que de la nourriture et de l’argent sont distribués aux électeurs, en violation du Code électoral.

De plus, et le responsable politique du NDC l’a relevé, le Togo n’a pas été récemment victime de catastrophe pour solliciter une telle intervention du gouvernement ghanéen. « D’ordinaire, cette affaire n’aurait pas suscité un intérêt de notre part, mais c’est un fait que nos voisins Togolais se rendent aux urnes le 22 février 2020. A notre connaissance, le Togo n’a été confronté à aucune catastrophe qui devrait justifier une telle aide du gouvernement du Ghana », souligne James Gunu.

Même au Ghana, cette action du gouvernement a fait resurgir les polémiques autour de l’accusation d’enrôlement de milliers de Togolais sur le registre électoral du Ghana, dans le but de faire profiter leurs voix à un candidat. « Pourquoi le gouvernement se sent-il soudainement généreux et a décidé de rendre une visite décontractée à nos compatriotes (Ghanéens) résidant au Togo, avec des cadeaux en main. Le NPP a-t-il accepté que nos compatriotes résidant au Togo soient désormais des Ghanéens? », s’interroge James Gunu, rappelant qu’avant les élections générales de 2016, le Vice-président ghanéen a tenu une conférence de presse et déclaré que plus de quatre-vingt mille (80 000) Togolais figuraient sur la liste électorale du Ghana.

La question qui se pose, c’est de savoir « à qui cela profite-il ? ». Toute prudence gardée, il est difficile de concevoir qu’un tel convoi dans lequel se retrouvent le directeur d’un département public ainsi que des policiers et des militaires soit destiné à un candidat de l’opposition. Aucun soutien d’un chef d’Etat à un candidat de l’opposition d’un autre pays ne peut se faire d’une façon aussi officielle. En d’autres termes, les camions sont destinés à Faure Gnassingbé qui brigue un 4ème mandat après 38 ans de dictature de son père.  

Des sources estiment qu’une grande partie des articles confectionnés à l’effigie de Faure Gnassingbé et devant servir à l’achat des consciences a été bloquée en Chine du fait de l’épidémie du Coronavirus. Ce stock d’articles en provenance du Ghana vient peut-être combler le vide.

G.A.

source : Liberté

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

+ 68 = 72