Coronavirus: l’armée russe dépêche une centaine de virologues en Italie

0
1171
Les militaires russes spécialistes des épidémies s'apprêtent à embarquer pour Rome, le 22 mars 2020. ALEXEY ERESHKO / RUSSIAN DEFENCE MINISTRY / AFP
Les militaires russes spécialistes des épidémies s'apprêtent à embarquer pour Rome, le 22 mars 2020. ALEXEY ERESHKO / RUSSIAN DEFENCE MINISTRY / AFP
Les militaires russes spécialistes des épidémies s’apprêtent à embarquer pour Rome, le 22 mars 2020. ALEXEY ERESHKO / RUSSIAN DEFENCE MINISTRY / AFP

La Russie a annoncé ce dimanche 22 mars l’envoi d’une centaine de virologues militaires « expérimentés » en l’Italie. Un premier avion de l’armée russe est actuellement en route pour Rome. Ces spécialistes des épidémies et infirmières sont originaires de trois bases militaires russes.

Avec notre correspondant à Moscou, Paul Gogo

Les communiqués du ministère russe de la Défense ne cessent de tomber dans les boîtes mail des correspondants à Moscou. La Russie apporte son aide militaire à l’Italie pour lutter contre le coronavirus et le Kremlin veut le faire savoir.

L’aide a été acceptée tard dans la soirée de ce samedi par l’Italie, lors d’une discussion téléphonique entre les ministres de la Défense des deux pays. La Russie va envoyer neuf avions et 100 militaires et spécialistes sur le sol italien. Le premier avion est attendu dans l’après-midi sur la base militaire de Pratica de Mare au sud de Rome.

La carte diplomatique du Kremlin

Le ministère de la Défense a communiqué sur les impressionnants CV des spécialistes envoyés dans la péninsule. Ils ont participé à l’élimination des pestes porcines en Afrique. Ils ont également travaillé à l’élaboration de vaccins contre Ebola et la peste. Aux cerveaux s’qjoutent du matériel médical, notamment des équipements permettant la désinfection des véhicules.

L’aide russe comme chinoise envers l’Italie n’ont rien d’anodines. En Russie, les autorités considèrent que la crise est sous contrôle, alors que les chiffres officiels sont remis en cause par de nombreux médecins. Mais face à une Europe en état d’urgence et à un Donald Trump qui peine à gérer la situation, le Kremlin joue une carte tout aussi diplomatique qu’humanitaire.

source : RFI

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

− 4 = 1