Accueil INTERNATIONAL AFRIQUE Côte d’Ivoire: Blé Goudé élu président de son parti

Côte d’Ivoire: Blé Goudé élu président de son parti

- Advertisement -
Blé Goudé.
Blé Goudé.

Charles Blé Goudé, l’ancien chef des Jeunes Patriotes de Côte d’Ivoire récemment acquitté de crimes contre l’humanité par la CPI, a été élu à la tête de son parti dimanche à l’issue d’un premier congrès tenu à Abidjan.

« Charles Blé Goudé a été élu à l’unanimité des 1.250 congressistes président du Cojep pour quatre ans », selon les conclusions du premier congrès ordinaire du parti né du mouvement de ce proche de l’ex président Laurent Gbagbo qui nourrit lui-même des ambitions présidentielles.

« Les congressistes m’ont porté à la tête du Cojep. J’en mesure toute la responsabilité. Ma priorité, la paix et la réconciliation des filles et fils de la Côte d’Ivoire », a déclaré à l’AFP M. Blé Goudé, joint par téléphone depuis Abidjan à la Haye où il réside depuis son acquittement par la Cour pénale internationale dans l’attente d’un éventuel appel de la procureure.

Samedi, M. Blé Goudé, qui est en liberté sous condition, avait dit vouloir « construire un grand parti ».

« Je vous fais une promesse, ensemble vous et moi nous allons construire un grand parti politique dont le bastion sera la Côte d’Ivoire » a déclaré l’ex-leader intervenant par vidéo conférence ses partisans rassemblés à Yopougon, un quartier populaire d’Abidjan.

L’ancien chef controversé des Jeunes Patriotes de Côte d’Ivoire se voit un destin présidentiel.

« J’ai des ambitions pour un jour diriger mon pays, avec une équipe qui comprendra qu’il faut faire de la politique autrement en Côte d’Ivoire », avait déclaré en juin sur la chaine France 24 ce fidèle de l’ex-président Gbgabo -également acquitté par la CPI en première instance.

« Bientôt nous (Blé Goudé et Laurent Gbagbo) serons en route pour la Côte d’Ivoire », a déclaré M. Blé Goudé.

Dans un entretien à l’AFP fin mai, M. Blé Goudé avait indiqué qu’il ne serait « candidat à rien en 2020 », l’année de la prochaine élection présidentielle.

Dans les années 2000, il fut surnommé « le général des rues » pour sa capacité à mobiliser les partisans de Laurent Gbagbo à travers le mouvement des Jeunes patriotes notamment, souvent qualifié de milice.

Ses détracteurs et les ONG internationales le considèrent comme un de ceux qui ont contribué à la montée de la tension en Côte d’Ivoire dans la décennie 2000, qui a culminé en 2010-2011 dans les violences post-électorales ayant fait plus de 3.000 morts.

SOURCE : AFP

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

+ 56 = 58

LES + LUS

Contentieux OTR-Moov/La diversion du Commissaire Général Philippe Kokou Tchodiè : Qui fait main basse sur les millions des indicateurs ?

La grande enquête sur le scandale lié à la commission de 500 millions du contentieux entre la...

Opposition togolaise: La Nature…toujours dans ses œuvres

Au Togo, la lutte pour l’alternance politique n’achoppe pas seulement sur un pouvoir récalcitrant et insaisissable. C’est...

Inquiétantes incohérences à l´ANC : Savent-ils vraiment ce qu´ils font?

Samari Tchadjobo | Photo de courtoisie : S.T Je crois qu´en tant que citoyen togolais de...

Pour la construction des nouvelles mairies: L’Allemagne octroie environ 5 milliards au Togo

Echange des documents L’Allemagne a fait don au Togo — à travers sa banque publique KfW — de...

Togo : Le FMI malgré lui

Le ministre de l’Économie et des Finances Sani Yaya Selon les dernières projections du Fonds Monétaire International (FMI), la...