La Cour d’Appel maintient le ministre Pascal Bodjona derrière les barreaux


bodjona_21aout2014


© togoactualite – Pascal Bodjona, l’ancien ministre de l’Administration territoriale et des collectivités locales et bras droit de Faure Gnasingbé, le président de la République togolaise, reste encore derrière les barreaux à la prison civile de Tsévié, environ 35 km au nord de Lomé.
 
La Chambre d’accusation de la cour d’appel de Lomé qui devra statuer ce mercredi 03 Février 2016 sur la demande de liberté provisoire faite par le conseil de l’ancien directeur de cabinet de Faure Gnassingbé, en la forme estimée la requête recevable, mais l’a rejetée sur le fond.
 
Et bien les proches de l’ancien ministre qui espéraient voir leur protégé regagner « la chaleur familiale » doivent encore prendre leur mal en patience. Pascal Bodjona n’est pas pour l’instant au bout de sa peine.
La traversée du désert de l’ancien responsable du HACAME a commencé lorsque le régime a commencé par le soupçonné de velléité présidentielle. Et l’affaire d’escroquerie internationale, n’a été que le mobile pour l’écarter de toute volonté de succéder à Faure Gnassingbé sinon comment comprendre que dans une affaire dans laquelle on est qu’un simple témoin, on soit maintenu en détention depuis deux ans et que les principaux impliqués dans la supposée affaire, les hommes d’affaires Sow Agba et Loïc Flock Prigent, soient libres de leur mouvement.
 
Notons qu’en avril dernier, la Cour de justice de la CEDEAO avait, dans une décision, estimée que les droits du ministre n’étaient pas respectés, a ordonné à l’Etat togolais de libérer Pascal Bodjona et à lui payer une amende pour violation de ses droits. Mais l’Etat togolais n’a jamais respecté cette décision tout comme les ordres rendues par cette Cour au sujet du pays.
Le 10 Février prochain, le Conseil du ministre se rendra de nouveau à Abuja siège de la Cour de la CEDEAO pour plaider encore ce cas.
 
lomévi (www.togoactualite.com)
 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *