Crise Politique Au Togo : Macky Sall et la Cedeao interpellés.

0
437

photo archive / illustration


Le Togo traverse une crise politique sans précédent. Alors que l’opposition occupe les rues pour demander le respect de la Constitution, le régime avec à sa tête le président Faure Gnassingbé qui a fait réviser le texte fondamental pour briguer un troisième mandat, a choisi la répression pour dissuader les manifestants.
 
Face à cette violence exercée sur les populations, le Comité Sénégalais de Soutien au Peuple Togolais (CSSPT) interpelle la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO). A travers un communiqué, le CSSPT «invite l’Etat Sénégalais à faire prévaloir les principes évoqués face à Yahya Jammeh (ancien président de la Gambie délogé par les forces armées de la CEDEAO) et à s’impliquer activement dans la défense des idéaux de démocratie et des droits des peuples. Nous interpelons le député Moustapha Cissé Lô, président du Parlement de la CEDEAO à s’impliquer activement pour un arrêt immédiat des massacres en cours et des intimidations à l’endroit de l’opposition».
 
Les organisations de la société civile sont également appelées à y jouer leur partition. «Nous interpelons aussi la Société Civile Sénégalaise, particulièrement les organisations de lutte pour la préservation des droits humains, à participer à la campagne pour l’arrêt des massacres et du déni de démocratie en cours au Togo.
 
Enfin nous invitons les organisations se réclamant du Panafricanisme à faire preuve d’une solidarité active à l’endroit du Peuple Togolais, qui en ces jours sombres, a besoin du soutien de tous», lit-on dans le texte. En effet, depuis quelques temps, la tension monte entre le pouvoir de Faure, accusé d’usurpation et de non respect des promesses dues, et des populations rangées derrière l’opposition conduite par le PNP (Parti National Panafricain). Selon la source Faure «casse les vieux codes politiques et refuse de s’inscrire dans les démarches identitaires ethniques, régionales et religieuses…). Le peuple avec l’appui du PNP dit non à la dictature de Faure, à ses répressions contre l’ethnie Tem et les musulmans plongeant le pays dans un état chaotique.»
 
En outre, les manifestants réclament «le retour à la constitution de 1992, adoptée par référendum, qui limitait les mandats présidentiels à deux non renouvelables» et «le vote de la diaspora togolaise», précise la même source. Par ailleurs, le Comité Sénégalais de Soutien au Peuple Togolais exige «la libération de tous les détenus politiques; l’arrêt de la répression et des menaces contre l’opposition ; la traduction devant les tribunaux des criminels ayant tiré à balles réelles sur les manifestants ainsi que les commanditaires», entre autres.
Extrait du Sud Quotidien

 
Aminata Sarr
 
Source : Sud Quotidien ( Sénégal)
 

Laisser un commentaire