vendredi 26 février 2021

Crise au sein du CAR : Me Yawovi Agboyibor retrace les événements en 8 points


agboyibo_car_500


Le Comité d’action pour le renouveau (CAR), l’un des quelques partis de l’opposition parlementaire au Togo est sous le feu des projecteurs. Une grande crise secoue actuellement ce parti et deux (2) bords se dessinent, l’un soutenant le retour de l’ancien Premier ministre, Me Yawovi Agboyibo aux affaires pour une période transitoire et l’autre convaincu que c’est l’actuel président du parti, en la personne de Me Paul Dodji Apévon qui doit être reconduit.
 
Cette situation non glorieuse pour le CAR est retracée dans une lettre adressée le 26 février 2016 par Me Agboyibo, président fondateur du CAR, aux responsables et militants, pour qu’une solution de sortie de crise soit trouvée avant le congrès.
 
Dans ce document dont copie est parvenue à l’Agence de presse Afreepress, il apparaît clairement que l’actuel président du parti ne veut pas laisser le gouvernail de cette formation politique à son prédécesseur, Me Agboyibo, proposé par certains cadres pour redonner au CAR l’« esprit » qui l’a animé à sa création.
 
« Lors de nos échanges, M. Passoki, le président de la cellule de concertation mise en place en vue de résoudre la crise, a proposé, à titre de compromis, que Me Apévon, demeuré à la tête du parti après l’expiration de son mandat en octobre 2012 avec le consentement de nous tous, continue en vertu du même consensus, à présider le parti jusqu’en octobre 2016, de façon à ce que, ayant ainsi bouclé la durée maximale statutaire de deux mandats de quatre ans, il se retire sans que personne trouve à dire. Le compromis proposé n’a pas recueilli l’adhésion de Me Apévon », indique le document.
 
Selon Me Yawovi Agboyibo, l’initiative de le voir revenir à la tête du parti n’avait pas connue de contestation à la réunion du présidium du CAR le 23 novembre 2015.
 
« Dr Amaglo m’a interpellé d’accepter de revenir pour un temps à la direction du parti afin de contribuer à la recherche des solutions des problèmes institutionnels, politiques et socio-économiques auxquels le pays est confronté. Plusieurs intervenants prirent la parole pour aller dans le même sens. Personne n’a émis d’objection. Le consensus souhaité s’étant ainsi dégagé, j’ai exprimé mon accord aux membres du présidium. Le président Apévon annonça la prochaine réunion pour le mercredi 25 novembre 2015 et leva la séance », écrit-il.
 
C’est à cette réunion que les choses ont commencé par chambouler jusqu’au lundi 15 février 2016. L’ancien Premier ministre dit faire l’objet d’une campagne de dénigrement « basées sur des mensonges grotesques ».
 
Selon lui, il importe qu’une solution définitive soit trouvée à cette crise avant la tenue du prochain congrès du parti en octobre 2016.
 
Telli K.
 
source : afreepress
 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *