Le CST renoue avec les manifestations populaires à partir du 26 juin


cst_manif_7juin2014

© togoactualite – Après l’échec du dernier dialogue inter-togolais, le Collectif « Sauvons le Togo » (CST) veut reprendre les manifestations de rue. C’est dans cette optique qu’au cours du meeting d’explication tenu samedi dernier sur le terrain d’Akassimé à HANOUKOPE, ce Collectif a appelé les populations togolaises à trois jours de manifestations populaires les 26, 27 et 28 juin prochain.
« Nous allons entamer une grande mobilisation de Lomé jusqu’à Cinkassé », a annoncé Me ZEUS AJAVON, estimant que l’heure est grave pour que les populations togolaises se lèvent pour arracher le pouvoir.
« On dit qui veut la paix, prépare la guerre. Nous n’avons pas des armes ce sont vous qui êtes nos armes. Quand viendra le moment nous vous feront l’appel de Lomé à Cinkassé », a –t-il poursuivit.

Pour Me Zeus Ajavon c’est pour éviter les violences électorales qu’ils ont sollicité le dialogue mais ils ont noté que ceux qui dirigent le pays ne doivent plus diriger car « l’un des tenants du régime a dit qu’ils ne veulent pas le dialogue ». « Comment est-ce qu’on peut être dans un pays et que les citoyens réclament le dialogue et qu’un des tenants du pouvoir dit qu’ils ne veulent pas le dialogue. Ces gens ne peuvent pas nous diriger. Les moutons ne peuvent plus nous gouverner, les moutons doivent partir », a conclu le Coordonateur du CST.

Intervenant à son tour, Jean-Pierre Fabre, le chef de file de l’opposition, a estimé que l’échauffement qu’il faisait depuis un bon moment, le temps est venu au peuple togolais d’arracher le pouvoir par sa mobilisation.

cst_manif1_7juin2014

« Celui qui veut la paix sans combattre n’a jamais la paix, il n’a que le déshonneur. Cette lutte et la ferons et nous gagnerons. Nous avons montré au peuple que ces gens n’ont aucune volonté de changer ce pays », a-t-il souligné.

Revenant sur le dialogue, M. Fabre a déclaré qu’on les taxait de « radicaux, extrémistes maintenant c’est eux (ndlr : le pouvoir) les radicaux, extrémistes. Ils n’arrivent pas à parler » avant de dire qu’ils n’ont pas claqué la porte du dialogue mais que les questions de fond étaient arrivées à leur fin.

Il a par ailleurs remercié ceux qui les ont représentés au dialogue. « C’est la 1ère fois que les choses se sont déroulées comme nous les aurions souhaités. Ils ont suivis nos recommandations à la lettre, c’est grâce à eux que les choses se sont déroulées comme il le faut. Avant on allait au dialogue et on ramenait les mauvais accords. C’est la 1ère fois qu’ils ne nous ont pas ramené un mauvais accord », a-t-il conclu.

Pour sa part, Patrick Lawson, le 1er vice-président de l’ANC, a instruit les militants sur la procédure de levée de l’immunité parlementaire du député TARGONE.
La faute de Targone, a-t-il dit, c’est d’avoir quitté le RPT, parti dans lequel il militait jusqu’en 2006. Il a expliqué les raisons pour lesquelles le procès a été délocalisé de Dankpen à Lomé. Pour terminer M. LAWSON a confié toute la population togolaise au moment du procès à se mobiliser contre l’arbitraire.

Alphonse KPOGO a part sa part fait le compte rendu du déroulement du dialogue alors que Francis Pedro et Olivier Amah se sont adressés aux militaires.

 
lomévi (www.togoactualite.com)
 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Welcome Back!

Login to your account below

Retrieve your password

Please enter your username or email address to reset your password.

Aller à la barre d’outils