Cultures Afro-égyptiennes à la décadence des civilisations euro-américaines.

0
1142

Je voudrais à travers cette planche, montrer les grandeurs et les éléments  de déchéance qui ont conduit les Civilisations antiques dans les profondeurs abyssales de la décadence. Ces éléments sont à la fois les compétences, les sentiments de compétition et d’insatisfaction, les désirs de domination, de possession, les intrigues, le pouvoir ainsi que les catastrophes sanitaires et naturelles.  

Les cultures Afro-Egyptiennes se  retrouvent encore dans leurs formes  sur le continent Africain  comme les cultures Gréco-Romaines en Europe, sous sa forme actuelle appelée la civilisation occidentale.

Cette dernière est prédatrice des autres cultures et des ressources de l’humanité confisquées à son profit.

A travers une réflexion profonde, je me suis posé la question de savoir si la culture des vaincus militaires d’hier pouvaient dans une victoire culturelle retournée à leur profit par une revanche moins barbare que ne le fut l’esclavage, la déportation, la colonisation  une pénétration certaine dans les couvents du savoir en occident où les européens seront en position de dominés ?

Dans cette hypothèse, je n’exclue pas la réaction brutale de L’occident, ou elle développera dans sa peur, une stratégie raciste de la géopolitique culturelle dans sa forme plus aiguë pour défendre sa culture avec tous les mouvements extrémistes différents dans la structure actuelle du   « G7 ».

Les crises économiques et  culturelles, la fracture sociale, le réchauffement de la couche d’ozone sont d’une part les prodromes « les signes avant coureur » , et, d’autre part, les tessitures, «  une échelle des sons émises  sans difficulté pour annoncer » comme  l’expansion démographique des peuples africains qui accèdent aux progrès scientifiques , au renforcement de leurs potentiels militaires en force de dissuasion, aux techniques modernes de stratégies militaires, à la révolution informatique.

Les maladies incurables comme le Covid 19, le sida et le cancer, sont des éléments supplémentaires comme l’avaient été la peste au déclin des civilisations antiques.

Ces données de déclin se propagent, se développent et nourrissent les angoisses en cette année 2020 du XXI ème siècle.

 Cette vision cyclique de l’histoire, prédisent un renversement des situations et une mutation des rôles dans l’ordonnancement du jeu planétaire.

Si l’on interroge l’histoire depuis l’antiquité ; diverses civilisations ont éclos pour connaître la chute après avoir atteint l’apogée : « L’Egypte, La  Rome,  La Grèce,  La civilisation Arabe. »

Je voudrais par une  analogique apporter une lumière sur les prodromes et la tessiture  du 21ème siècle où les valeurs de l’occident sont en profonde mutation et perdent peu à peu leur prédominance.

La civilisation euroamécaine domine  encore la scène politique, militaire, économique et culturelle mondiale, pour combien de temps encore.

Elle use de ses moyens pour peser sur l’évolution des peuples et des nations.

Elle sait manipuler les nations, les peuples, par procuration de ses préfets- présidents pour affaiblir et maintenir à distance les antagonistes  tout en sauvegardant une zone de paix et de libre échange depuis la fin de la deuxième guerre mondiale.

 L’occident réussira-t’il avec ses valeurs en déchéance à maintenir son leadership dans le troisième millénaire, ou s’effondra-t’il dans la lutte multiséculaire « qui dure des siècles » entre la croix, le croissant, l’orient et l’Afrique qui se conclurait par le triomphe de l’étendard de l’Orient ou de l’Afrique.

PREJUGES EUROPEENS DU 19 EME  SIECLE AU COVID 19 AU XXI SIECLE:

Permettez-moi de citer le début d’un film documentaire « le berceau de l’humanité » sous l’impulsion de Cristopher Ralling avec la collaboration  des chaînes de télévision BBC , Channel Four, NTN, TRM, MBW. »

Malgré le déchiffrage des hiéroglyphes en 1822 par le Français Champillon Jean François  qui commençait à publier le résultat de ses recherches, le philosophe Allemand FRIDICH HEGEL déclarait en 1831 en ses termes « l’Afrique est un pays ou les hommes sont des enfants, une terre à l’écart de la lumière de sa propre conscience historique, est baignée par les couleurs sombres de la nuit, à ce point, oublions et n’en parlons plus.

Presque à la même époque RETCHEIG BORTON l’explorateur Anglais déclarait ,  l’étude des noirs c’est d’étudier l’aspect humain à son stade le plus rudimentaire, les êtres qui ressemblent d’avantage à une dégénérescence de l’homme civilisée, qu’à des sauvages susceptibles de le devenir, ne serait-ce que par leur inaptitude au progrès ; leur naturelle est impropre à la culture, à l’éducation.

Ils semblent appartenir à l’une de ces espèces enfantiles ne pouvant accéder à la condition d’homme tel un maillon interrompu de la grande chaîne de la nature.

 L’explorateur SAMUEL BECKER déclarait : La nature humaine à son stade, le plus grossier comme j’ai pu l’observer chez les sauvages Africains, est précisément du niveau de la brute, et on ne saurait le comparer au noble caractère du chien.

On ne trouve chez eux ni gratitude, ni pitié, ni don de soi, ni amour, rien que la cupidité, l’ingratitude, l’égoïsme et la cruauté.

Les européens du 18 ème et 19 ème siècle aveuglés par les préjugés, ne pouvaient accepter l’évidence du plus grand royaume noir, dirigés par des pharaons noirs investis des pouvoirs religieux intemporels.

A ce jour du mois d’avril 2020, on assiste sur les chaines de télévisions, la nostalgie des descendants des colons qui ont commis des crimes contre l’humanité nous rappeler par leurs petits enfants que les petits léopards ont la peau tachetée par des propos racistes et injurieux classifiant le continent africain mère de toutes les civilisations en continent de seconde classe où en territoire de cobaye où devrait se réaliser pour le bien être et la survie de la population euraméricaine des tests contre le covid 19 alors que l’Afrique d’aujourd’hui est le continent le plus jeune par sa population, qui a retrouvé toute sa dynamique après le crime de l’esclavage et de la colonisation.

L’Europe récidive dans son prisme de colonisation à se mêler de tout, alors qu’il a échoué dans sa gestion de géopolitique et est à genou devant la chine.

L’Afrique à travers ses richesses énormes, sa génération actuelle et l’immensité de son territoire devrait par la rigueur, le travail et la solidarité damner le pion à l’Europe très dépendante des richesses de l’Afrique.

Par ce proverbe disons après la pluie le beau temps s’annonce par les rayons du soleil à l’horizon et le chant des oiseaux au firmament.

Peuples d’Afrique il est temps de retrouver la gloire ancestrale.

Jacob ATA-AYI

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

68 − 66 =