De la République à la monarchie, Faure tire le Togo vers le bas


faure03aout2013

La dynastie des Gnassingbé dure finalement 48 ans, soit un demi-siècle dans une prétendue République. C’est une aberration !

De toute l’histoire politique des Etats africains, seule cette famille a régenté un pays comme le Togo, pendant autant de temps.

Les régimes des personnalités tristement célèbres en Afrique comme Mouammar Kadhafi, Ben Ali, Hosni Moubarak, Paul Biya, Bongo père et Bongo fils, Compaoré, N’Guesso n’ont pas encore atteint ce seuil de longévité et beaucoup d’entre eux ont déjà déchanté.

En principe, la mort en 2005 du feu général Eyadema après 38 ans de règne, devrait mettre un terme à cette mainmise de la famille Gnassingbé sur le Togo.

Mais hélas, l’audace a manqué, le courage aussi. La force a eu droit sur le droit, sur les valeurs républicaines. Par peur et par pur intérêt, l’armée s’est immiscée dans le champ politique pour imposer de go, un héritier au sommet de la République togolaise.

L’idée, selon beaucoup de témoins ayant pris part au fameux jeu de passe-passe ayant abouti à cette imposition de Faure au pouvoir, était d’amener ce dernier à restaurer l’identité républicaine manquée du Togo sous Eyadema.

Sa mission était donc de corriger les graves manquements observés dans le style de gouvernance de son père afin de donner au Togo, la chance d’assoir pour de bon, les valeurs républicaines et les socles d’un Etat démocratique. En réalité il en avait pour 3 ans, c’est-à-dire juste le temps que durait le mandat inachevé de son défunt père.

Eh bon Dieu ! Tous ceux qui avaient initié une telle formule n’avaient jamais imaginé qu’à la place de cet agneau dont le sang devrait servir à purifier le Togo de la souillure laissée par le vieux et donc à sauver le peuple de la perdition, ils avaient plutôt choisi le jumeau de Lucifer.

Au final, en lieu et place d’un affranchissement vers la Terre promise, c’est plutôt dans l’enfer que le fils va plonger le peuple.

Aujourd’hui, le Togo s’est plus que jamais installé dans la monarchie qui rappelle malheureusement l’histoire de ces régimes dynastiques qui ont terrorisé autant que possible leurs peuples avant de se voir s’éteindre par la force des choses.

Ce descriptif que nous faisons ici est peut-être un peu sévère. Mais qu’il paraisse juste ou pas, il y a au moins une constante que personne, objectivement ne saurait nier.

Du point de vue des valeurs morales, culturelles et spirituelles, du point de vue des valeurs républicaines, le pouvoir de Faure Gnassingbé tire plutôt le Togo vers le bas. Le sens du partage a quitté notre pays, l’amour d’autrui aussi. L’individualisme, le moi a pris le pas sur la dynamique collective qui forge les grandes nations de ce monde.

Conséquence, tout se joue au palais de la Marina entre le prince et son équipe tout à fait restreinte mais qui brille particulièrement par sa gloutonnerie, sa jalousie, ses carences ou même son amateurisme dans la gestion des affaires de l’Etat.

Dans un tel environnement, quiconque ose affirmer ses qualités intellectuelles et morales, quiconque tente d’être proche de la population, de l’aider à sortir de l’ornière suscite d’emblée le courroux du prince aussi jaloux que cruel.

Sa colère est bien sûr implacable et il n’hésite pas à tout raser pour démolir tous ceux qu’il soupçonne de lui faire ombrage ou de lorgner le fauteuil dont il a hérité avec autant de facilité.

Mais oui, dès lors que ce fauteuil lui est gracieusement tombé sur la tête et qu’il en jouit sans retenue, jamais il ne saurait comprendre que quelqu’un d’autre puisse le lui arracher si ce n’est la mort, comme ce fut le cas pour le père.

En réalité, personne n’y ferait attention si seulement ce pouvoir était dignement exercé et assumé par son héritier et ses affidés.

C’est justement là où le bât blesse et qui fait naître et entretenir le débat sur l’opportunité de maintenir un tel un régime en place surtout que de par ses origines et son exercice, il souffre déjà des faiblesses quasi incorrigibles et des taches parfaitement indélébiles.

L’environnement actuel marqué par les soulèvements populaires et le raccourcissement des mandats présidentiels dans nombre de pays en Afrique interroge nécessairement sur le cas du Togo.

Qu’est-ce qu’une famille qui a régenté ce pays pendant 48 ans avec autant d’incohérences peut encore prouver de nouveau ?

Quelle est l’opportunité de prolonger la vie d’un tel régime alors même que la tendance actuelle de par le monde est de promouvoir l’alternance démocratique qui libère les énergies et stimule le désir de bien faire, de l’excellence et la culture du résultat ?

Ces question ne sont pas du tout superflues et exigent que la classe politique togolaise, les leaders d’opinion, les intellectuels y répondent avec beaucoup de sincérité et de franchise.

Il est évident que tant que des têtes pensantes n’émergeront pas réellement de l’élite politique togolaise, tant que des gens audacieux ne décideront pas de s’affirmer pour faire entendre raison aux tenants du pouvoir, jamais ils ne sauront décréter non plus leur départ surtout qu’ils conçoivent ce pouvoir comme un instrument de pleine jouissance.

Le champ politique togolais mérite aujourd’hui d’être sérieusement labouré pour semer la graine de nouveaux leaders qui vont infuser au peuple souverain une nouvelle manière de s’assumer à travers le choix de ses dirigeants.

Cela peut se faire en si peu de temps dès l’instant où nos acteurs politiques auront compris qu’il faut arrêter de jaser et d’ergoter sur des sujets puérils et subversifs pour enfin se concentrer sur l’essentiel, le devenir du Togo et de son peuple.

Quelle fierté un intellectuel affranchi ou un leader politique vraiment averti peut-il tirer de vivre impuissant dans un pays où les dirigeants battent de l’aile sur tous les sujets engageant la vie et le devenir de tout un peuple ?

Quelle honte de voir tant d’intellectuels vivre au ralenti parce qu’ils manquent de courage et d’audace de se faire valoir et d’assumer pleinement leur responsabilité dans un pays où tout se joue à la renverse !!!!

 
togoinfos
 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Welcome Back!

Login to your account below

Retrieve your password

Please enter your username or email address to reset your password.

Aller à la barre d’outils