Débat sur l’Atelier du HCRRUN/La prise de position de M. Fulbert ATTISSO pose problème


Notre compatriote Fulbert ATTISSO, ex-confrère, fondateur du 108e parti politique dénommé «Le TOGO AUTREMENT» s’est récemment prononcé au sujet de l’Atelier du HCRRUN sur les réformes politiques et institutionnelles au TOGO.
 
fulbert-atisso_500


A cette occasion, M. ATTISSO a exprimé sa position en soutenant la proposition de loi de l’ANC et ADDI à l’Assemblée Nationale face à un atelier de réflexion.
 
Nous ne savons pas les raisons qui ont conduit cet homme politique qui est à ses débuts à apporter son soutien en de pareille circonstance à un camp réputé négativement et outrageusement radical. Nous estimons quand même que M. ATTISSO sait où il va et ce qu’il attend en retour. Car, en politique, tout est donnant-donnant. Le parti UNIR n’a pas encore soumis un projet de loi à l’Assemblée Nationale. Pourquoi cette précipitation ?
 
Cependant, il n’en demeure pas moins vrai que nous devons, de notre part, faire nos commentaires qui sont libres comme notre ex-confrère le sait bien.
Si on veut notre avis, nous dirons prosaïquement que nous sommes déçus par cette prise de position prématurée.
 
Oui, nous sommes déçus par ce ralliement qui ne dit pas son nom parce que lorsqu’on crée un parti qui s’appelle le Togo Autrement, on ne fait pas ce que les autres font et surtout avec une telle désinvolture sans tenir compte du fond.
 
Oui, FABRE a introduit à l’Assemblée nationale une proposition de loi. C’est une bonne chose que nous avons appréciée à sa juste valeur. Mais le camp adverse lui a damé le pion en proposant mieux. Mais on ne sait pas concrètement ce que UNIR veut pour donner notre appréciation. Nous évitons de nous prononcer sur la base des préjugés. Il fallait donc, dans ce cas, qu’il fasse preuve de flexibilité pour tirer son épingle du jeu.
 
S’accrocher à une reforme synonyme d’un toilettage à rebours lorsque le HCRRUN prône une mise à plat totale, c’est se mettre en position d’infériorité suicidaire.
 
Le parti de M. ATTISSO ne siège pas à l’Assemblée Nationale. Il n’a rien à attendre en retour de FABRE qui n’a intrinsèquement aucune considération pour lui. Dorénavant, ses prises de position doivent être plus réfléchies et surtout motivées. Autrement, il risque de lasser l’opinion avant d’exister.
 
Rodrigue
 
source : Le Combat du peuple