Décès d’Edem Kodjo : Faure Gnassingbé, un silence qui étonne

0
847

Depuis l’annonce du décès de l’ancien Premier ministre togolais, ancien Secrétaire général de l’Organisation de l’unité africaine (OUA), ancêtre de l’UA, Edouard Edem Kodjovi Kodjo, le samedi 11 avril dernier, l’on cherche en vain la réaction de Faure Gnassingbé, le chef de l’Etat togolais. Un oubli, un recul pour mieux le faire ou tout simplement une volonté de ne pas le faire si on se rappelle un peu la relation tumultueuse qui a existé entre les deux personnalités ces derniers temps ?

Sur Facebook, tweeter, on a fouillé. Mais aucune réaction de Faure Gnasingbé sur le décès d’Edem Kodjo. Et pourtant, le chef de l’Etat togolais est prompt sur ces réseaux sociaux lorsqu’il s’agit de décès d’artistes togolais (le cas d’Omar B tout récemment) ou d’autres pays, ou encore d’une personnalité d’un pays étranger. On se rappelle encore le déplacement de Faure Gnassingbé en mars dernier à Abidjan pour assister à l’enterrement d’un ministre ivoirien.

Personne ne comprend son silence face à la mort de celui qui a été son premier Premier ministre lorsqu’il était arrivé au pouvoir en 2005. « Devant la mort, tous les ressentiments s’estompent », clame l’adage. Mais on constate que ce n’est le cas ici.

Et pourtant, d’autres chefs d’Etat et éminentes personnalités ne cessent de rendre hommage à Edem Kodjo en qui ils reconnaissent de grandes valeurs. « J’ai appris avec tristesse le décès de l’ancien Premier Ministre Togolais et ancien Secrétaire Générale de l’Organisation de l’Unité Africaine (1978-1983), Edem Kodjo. La disparition de ce diplomate remarquable qui a œuvré sans relâche en faveur de la paix et de l’unité du continent est une perte pour l’Afrique. Je présente mes condoléances à sa famille, à mon homologue Faure Gnassingbé et au peuple togolais », a réagi Roch Christian Kaboré, président de la République du Burkina Faso.

« Avec le décès d’Edem Kodjo, le peuple africain a perdu un illustre fils qui a énormément contribué au développement du continent africain. Je ne me souviens pas seulement de lui en tant que politicien togolais qui a servi en tant que Premier ministre, mais en tant que Secrétaire Général de l’Organisation de l’unité africaine, Edem Kodjo a joué un rôle déterminant dans l’élaboration du Plan d’action de Lagos, le plan africain pour la relance économique. Ardent défenseur de l’indépendance et de la démocratie, Edem Kodjo a adopté en 1982 une position de principe sur la question de la République arabe sahraouie de démocratie (RASD) en annulant la décision de l’OUA d’autoriser la RASD à siéger en tant que membre… », se rappelle Dr Hage Geingob, président de la République de Namibie.

Rendre hommage à un adversaire politique qui quitte ce monde, c’est une preuve de maturité politique, c’est également humain. Ne pas le faire, c’est comme fouler au pied les fondamentaux même de la République. Quoiqu’on dise, Edem Kodjo a été deux fois Premier ministre de Gnassingbé Eyadéma, une fois Premier ministre de Faure Gnassingbé et son conseiller et surtout Secrétaire général de l’OUA.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

− 2 = 5