Démission du Premier Ministre Klassou : Les Togolais devront attendre encore longtemps

0
1164

Le premier ministre Komi Selom Klassou qui, a mine de rien éclaboussé le record de Gilbert Fossoun Houngbo, doit tirer les justes enseignements des appels quasi-unanimes des Togolais de le voir démissionné après la cérémonie de prestation de serment du président Faure le 03 mai dernier. Les messages véhiculés sur les réseaux sociaux qui nous semblent être un acharnement sur la personne du sieur Klassou ressortent d’une part, que les Togolais sont fatigués de l’actuel PM et n’entendent plus le supporter pendant longtemps encore. De l’autre, après une campagne bien menée et arrosée de plusieurs promesses faites par le président de la République, nombreux sont-ils ces Togolais à ne pas trouver en Selom Klassou la paire dont Faure a besoin pour dérouler son programme du quinquennat en cours. Le Premier Ministre, comme dans une pièce de théâtre a plus que joué son rôle et on voudrait le voir passer derrière le rideau. Faure apparemment estime son premier ministre, le Président de la République dispose de ses propres indicateurs pour noter son chef de gouvernement.

Mais, pour la popularité, c’est le peuple qui vous la concède suivant ce que vous faites en sa faveur. Alors, cette impatience des Togolais, participe pour la plus grande majorité de cette soif du peuple de voir le choix du président togolais être porté sur une autre personne. Une écrasante majorité de la population ne voit pas en Klassou, l’homme de la situation. Le peuple estime qu’il n’a plus rien de neuf à proposer qui puisse émouvoir positivement les Togolais et qu’il serait même suicidaire pour la suite du quinquennat une reconduction du recordman Klassou. Malheureusement, pour les Togolaises et Togolais, ils vont devoir attendre encore plusieurs semaines avant de voir leurs vœux prendre forme. Ce qui est sûr, Klassou sera libéré de ses charges et on verra un autre premier ministre être nommé. Toutefois, l’actuel locataire de la primature jouit d’un contexte qui lui est presque favorable. En effet, depuis la survenue du Covid-19 au Togo et les mesures d’urgence prises, le pays est gouverné par ordonnance. Dans cette situation exceptionnelle, venir à demander la démission de Klassou peut s’apparenter à se tirer des balles dans les jambes en période de gestion exceptionnelle du pays. Si le nouveau PM venait à être nommé, il lui faudrait présenter son programme de société qui doit avoir l’onction de la majorité des députés. Comment cet oral va-t-il se faire en cette période de crise sanitaire ? Faure ne va pas céder à certains appels et se compliquer lui-même la vie. Entre deux maux, il faut choisir le moindre, dit-on. En tout cas, les Togolais devront faire encore pendant de nombreux jours avec Klassou et son équipe actuelle. Faure n’est pas insensible aux appels, il ne va non plus céder à la pression du peuple pour créer un précédent grave. D’ailleurs, nombreux sont-ils à l’attendre voir s’il va commettre le faux pas ou non.

Tout compte fait, après trois quinquennats passés à la tête du pays, ce n’est pas à ce quatrième que Faure va céder aussi facilement à une pression qu’on serait en train de lui mettre. Gouverner, c’est aussi apprendre par moment à ignorer royalement le peuple dans sa quête dans certains de ses appels. Si non, on risque d’être la parfaite marionnette aux mains de ce peuple aux humeurs changeantes suivant les situations et ses intérêts. Cet hermétisme des Chefs d’Etat ne s’observe pas que sous les tropiques. Dans les grandes démocraties, il arrive aux dirigeants d’oublier royalement les demandes du peuple : c’est l’exemple récent des gilets jaunes en France. Actuellement, il n’y a aucun péril en la demeure, tout se gère au mieux avec des résultats bien probants et Klassou reste bien assis dans son fauteuil de premier ministre

Source : Courrier de la République N°554 du 02 Juin 2020

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

8 + 2 =