Les démissionnaires de l’ASVITTO sont des manipulés, a réagi Kao Atcholi


atcholi-kao


© togoactualite – L’Association des victimes de tortures au Togo (ASVITTO) avait tenu bon malgré le départ en exil le 16 septembre 2014 de son président, le Commandant Olivier Amah Poko, survivra-t-elle à la démission collective de sept de ses membres ce mardi 22 mars 2016 ? La question reste posée. Toujours est-il que le secrétaire général de l’Association le gendarme Kao Atcholi minimise ces départ. « Avez-vous vu une fois ces sept individus à une manifestation de l’ASVITTO », a-t-il réagi ironiquement cet après-midi lorsque nous l’avons contacté au sujet de ces démissions.
 
Mais pour les démissionnaires c’est la gestion opaque des fonds alloués à l’association, une volonté manifeste de ne pas engager de discussions avec le pouvoir judiciaire et exécutif pour un règlement définitif qui seraient la pomme de discorde qui les a conduire à une rupture avec cette association.
 
« L’objectif de cette cellule est de mener des réflexions en vue de trouver un cadre de discussion avec le pouvoir judiciaire et exécutif afin de trouver des solutions favorables », a confié le gendarme adjoint Kamouki Menveidom.
Kao Atcholi trouvé une autre raison au départ de ces ex camarades de l’affaire dite « Kpatcha Gnassingbé », du nom du demi frère du chef de l’Etat, « grâce à nos actions, ils ont reçu 15 millions qui maintenant doivent finir. Ils cherchent d’autres astuces et ils sont tombés dans les mains des manipulateurs qui continuent par les manipuler ».
En septembre 2010, 31 personnes accusées de tentatives d’atteintes contre la sureté intérieure de l’Etat ont comparu devant la cour suprême du TOGO. A l’issue de ce procès 24 ont été libérés et les autres condamnés. Estimant ayant été victimes de torture, ils ont saisi la cour de justice de la CEDEAO qui a condamné l’Etat à les dédommager. Les victimes déclarées de tortures ont reçu 20 millions alors que ceux qui n’ont pas déclaré devant la cour victimes de tortures ont perçu quant à eux 3 millions.
 
Notons que l’ASVITTO est une association créée en juin 2012. Elle regroupe les victimes des différentes affaires de tortures notamment atteinte contre la sureté intérieure de l’Etat, les ex militaires revenus de la Côte d’Ivoire, les victimes de l’élection de 2005, et 2010, soit près d’une centaine de membres.
Elle a pour but d’obtenir que la torture soit déclarée imprescriptible au Togo, poursuivre et juger les auteurs d’acte de torture, libérer les victimes des actes de tortures toujours en détention et obtenir la réparation pour les victimes.
 
lomévi (www.togoactualite.com)
 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *