Démissionnant de la tête du SYNPHOT, le Professeur David DOSSEH révélait une affaire de corruption de 250 millions

0
1479

Il y a huit ans jour pour jour le président du Syndicat des praticiens hospitaliers du Togo (SYNPHOT), Professeur David DOSSEH, s’est retiré de la tête du SYNPHOT qu’il dirigeait depuis sa création en 2005. L’annonce de ce retrait a été faite le 12 octobre 2012 au cours de la cérémonie d’inauguration de la « Maison de la Santé ».

« Je transmets solennellement le témoin ce jour au Dr Walla ». C’est par ces mots que la transition s’est faite à la tête du dynamique mouvement syndicat togolais.
Cette décision a suscité beaucoup d’émotion au sein du public et certains n’ont pas tardé à avouer qu’ils vont le faire revenir sur sa décision. Mais rien n’y fit.

Sans donner les raisons de ce retrait inattendu, professeur DOSSEH confiera seulement que « Le SYNPHOT a besoin d’une équipe dirigée par une personne qui s’investisse pleinement et avec foi à sa tête».

Avant de demander à son successeur de bien conduire la barque jusqu’à la prochaine Assemblée générale qui élira le nouveau bureau, professeur DOSSEH a tenu néanmoins le rassurer « Si aujourd’hui je te donne le témoin sache que je suis avec toi ».

Avant son départ, professeur DOSSEH a tenu à faire cette révélation qui dit tout sur la gestion des mouvements sociaux par les autorités togolaises. On savait qu’elles usaient de la corruption pour casser les revendications des travailleurs mais aussi politique. Seulement on manquait de preuve tangible.

« En 2008, un cadeau de 250 millions de F CFA a été proposé au bureau du SYNPHOT par une autorité qui martelait « 250 millions pour vous et vous pouvez en décider des bénéficiaires ». Devant une telle proposition, continue-t-il, « c’est le respect de certaines valeurs qui a conduit le bureau à décliner poliment mais ferment cette généreuse offre ».

Malheureusement tous les leaders n’ont pas le courage de décliner ces offres. Ils succombent à ces offres et les responsables syndicaux ou politiques, très engagés perdent leur langue au contact avec l’argent facile. Ainsi des mouvements de contestation annoncés sont annulés sans explications valables à la base. Ce qui fait que les responsables syndicaux mais aussi politique ont perdu toute crédibilité aux yeux de l’opinion. Récemment c’est une affaire de 30 millions qui a éclaboussé la C14, le regroupement des principaux partis de l’opposition.

Par cette démission, le SYNPHOT et son président ont administré une leçon aux mouvements syndicaux togolais. Ils leur ont montré que l’alternance peut se faire aussi à la tête de nos regroupements associatifs. Puisque professeur WALLA Atchi alors SG du syndicat qui a assuré l’intérim, élu à la tête du syndicat passera lui aussi le témoin à Docteur Gilbert TSOLENYANU.

La plupart de nos syndicats et partis politiques ont à leur tête des responsables inamovibles qui ont fait plusieurs mandats à la tête des organisations et parfois en violation des statuts. Pour certains le seul congrès organisé est celui qui les vu élire à la tête de l’organisation. Dirigeants le mouvement dans l’opacité qui est devenu leur fonds de commerce, ils ont pour devise  » si tu veux tu restes avec moi ou tu pars ». Conséquence les organisations politico-sociales se multiplient fragilisant l’unicité et l’efficacité des combats.

Albert AGBEKO / togoscoop.info

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

− 2 = 1