Déraciner le criminel régime RPT/UNIR : une Mission impossible ?

faure-gnassingbe

 

En cette année 2013, le Togo, un des plus petits pays d’Afrique de l’ouest, a tristement célébré cinquante années de domination et de dictature sans cesse croissante. Un petit pays qui, aujourd’hui s’est largement éloigné de son lustre d’ antan et qui ne se bouscule même pas à en retrouver le millième, tellement le clan « Fraude Gnassingbé » et ses reptiles de barons, ont instauré un Etat de non-droit extraordinaire.
 
Le climat socio-politique, l’atmosphère et l’horizon économique du pays est plombé par les sidérants conflits internes au RPT/UNIR, ponctuées par des convocations, des garde à vue à durée indéterminée, des arrestations, des emprisonnements, des jugements arbitraires, tant comique que rigolote. Le comble de toutes ces mascarades, est que, et la justice togolaise et la cour constitutionnelle sont fortement politisées qu’elles sont totalement acquises au clan Gnassingbé au lieu de dire le droit.
 
Avec l’ incendie des marchés, uniques source de revenus pour une population qui n’a jamais profité de l’ exportation des nombreuses ressources minières et de l’importante manne financière des douanes et du port, la population togolaise est cette fois ci totalement immergée dans une situation politique, sociale, et économique des plus catastrophique et dont l’ horizon s’avère plus que ténébreuse. C’est à croire ce pays ne connaitra rien d’autres que la dictature la plus unique au monde. Mais y a-t-il une esquisse d’amélioration ?
 
Non. le clan Gnassingbé persiste et signe dans ses attributs de régime de sourds, régime de bêtes, régime ultra- sanglant et ultra- pornocratique appuyé par une armée que l’ on a un temps cru divisée ( mais qui est plutôt entièrement acquise au clan Gnassingbé), d’ une milice au nombre sans cesse croissant avec une logistique digne d’ une vraie armée, une liberté d’ expression quasi inexistante, la presse et les Médias muselés et placés sous une guillotine incroyable, journalistes assassinés ou quotidiennement victime d’ intimidations et de tentatives d’ assassinats, les Médias d’ État s’auto- censure jusqu’ au moindre détail, tout ceci encadré, surveillé et orchestré par un agence de Renseignement ANR ayant tout pouvoir, et le tout soutenu par une justice de bêtes de somme.
 
Quelles sont les conséquences directes de ce cynisme ?
 
Tout ce Cocktail Molotov a engendré, engendre et continuera d’engendrer un climat délétère au Togo, accentué par :
 
– des marches et des manifestations de mécontentement et de ras le bol hebdomadaires de la population,
– la grogne des étudiants, des médecins, des enseignants etc.… étouffé et bien réprimée comme d’habitude,
– des révoltes instantanées de certaines villes à l’instar de Dapaong, Kandè…pour n’en citer qu’elles etc.
 
Le plus accablant, c’est le nombre d’exilés, ils se comptent par centaine dans les pays de la sous-région, dans d’autres pays d’Afrique et dans les quatre coins du globe. Cela exaspère encore plus, quand on peut compter parmi ses exilés, des élites, des intellects, des leadeurs capables, des gens bourrés de talents capables d’œuvrer pour rebâtir un Togo nouveau…
 
Malheureusement, Ils sont chassés et condamnés à l’exil tel des chiens errants. Mais ce n’ est pas tout, le régime Gnassingbé étant une des dictatures des plus cruelles et des plus hypocrites, a tellement bien entretenu son image extérieure, qu’ il a malicieusement berner les derniers des Mohicans ou ceux qui profitent de sa légitimité, et fait croire à qui veut entendre qu’il est le régime démocratique le plus exemplaire d’ Afrique.
 
Abomination. Par de conséquents pots de vin, de réguliers dessous de table ou encore à coup de millions, “Fraude Essozimna Gnassingbé” se paie des magouillas corrompus jamais rassasiés écervelés parasites et qui ont pour sale boulot :
 
1) de chanter des louanges, des éloges au tout puissant « Roi Gnassingbé »
 
2) de faire le maximum pour donner une crédibilité au régime diabolique des Gnassingbé et lui obtenir une légitimité auprès des occidentaux et de la communauté internationale.
 
Cette supercherie mensongère porte-t-elle des fruits ?
 
Malheureusement oui ! Ces corrompus ont réussi à berner la majorité des occidentaux et la communauté internationale que tout va très très bien au Togo, et que le régime « fraude Gnassingbé » est l’un des plus, sinon le plus démocratique en Afrique. Quand on écoute ses âneries, on se demande dans quelle partie de la terre habitent ceux qui profèrent ses aberrations et s’ils ont du moins une once d’humanité et de conscience. Ceux qui vertueusement crient à tue-tête que tout va bien au Togo, alors qu’au même moment, la commission de lutte contre la torture, la Fédération internationale des droits de l’ homme, l’Union Européenne, l’ Allemagne, Amnesty International, diverses organisations de défense des droits humains, divers Politiques ne cessent de rappeler le régime Gnassingbé à l’ ordre et le sonne de procéder à un état démocratique et à une bonne gouvernance.
 
Régime d’autistes et de sourds…
 
Mais ce régime persiste dans sa cruelle lancée et dans sa sordide mascarade de légitimité, en développant des ramifications et intermédiaires solides ainsi que des relations et contrats débiles dans certains pays occidentaux aux quels profitent le crime. Ces pays dans lesquels, on ne peut constater qu’une montée des discours populistes et une ascension des partis et mouvements d’extrême droite. Ces pays jadis d’accueil et de protection de ces pauvres exilés togolais qui ne savent plus à quel saint se vouer. Ces pays qui ces temps-ci, font semblant de légitimer le régime diabolique Gnassingbé au Togo et qui qualifient selon les informations à leur disposition le Togo de pays démocratique et de droit, juste pour légitimer leur politique d’ immigration et les renvois forcés de ces exilés vers un enfer qu’ils ont pu échapper.
 
Aujourd’hui certains signataires de ces accords qualifiés d’ inhumains, osent les dénoncer et remettent en cause les bases de la plupart des accords qui stipulent un renvoi volontaire ou forcé de la majeur partie de ces exilés vers leur pays d’ origine contre l’hébergement dans leurs grandes banques des fortunes amassées par ces dictateurs sur le dos des population quotidiennement à l’ agonie et contre leur légitimité.
 
Cette mauvaise fois si l’ on ose le nommé, place la grande partie de ses vulnérables exilés non-reconnus en tant que réfugiés, dans des conditions de vie déplorable, remplie de détresse, dégradante et parfois inhumaine mais, ces exilés préfèrent subir toutes sortes d’humiliations, vivre dans la clandestinité, voire même accepter de mourir dans les prisons en détention administrative ( dernier exemple en date, le cas déplorable du sieur djafarou IDRISSOU : “Confer http://www.lecourrier.ch/110876/un_… ; ou encore tant d’ autres de nos compatriotes qui ont été ou sont dans ce cas ) que d’ être renvoyé volontairement ou forcé vers leur pays d’ origine où la dictature est prête à leur rendre la monnaie de leur trahison.
 
Bref “Fraude Essozimna Gnassingbé” aidé de ses croques morts et de ses barons cyniquement macabres restent un cauchemar constant pour tout citoyen togolais militant contre sa mauvaise gouvernance vivant au Togo ou étant en exil… et remet un accent sur le maléfisme et la cruauté notoire du régime Gnassingbé.
 
Alors c’est encore une fois l’occasion de rappeler à tous et à toutes que le Togo des Gnassingbé père et fils, n’est pas un pays démocratique, c’est une forte dictature, le peuple togolais a soif de liberté et d’une once de démocratie. Faure Gnassingbé et son clan fait le dur et la sourde oreille en dépit de tous les rappels à l’ordre des institutions internationales et des cris de détresse et d’agonie quotidienne de presque six millions de personnes, et préfère plutôt se terrer dans le ridicule, la mascarade, la répression et met tout en œuvre pour conserver le pouvoir et l’utiliser comme bon le semble. Demander juste à visiter les prisons au Togo, demander à visiter les locaux de l’ANR (Agence National de Renseignement), les hôpitaux, les écoles etc…
 
Et vous constaterez. La prochaine échéance de ce grand chantier de conservation coûte que coûte du pouvoir est cette scandaleuse et comique prochaine élection législative que le pouvoir ne cesse de repousser en vue de la remporter frauduleusement et dans un bain de sang s’il le faut… d’où le peuple togolais est encore bien loin d’assister à la fin du règne sans partage de ce régime maléfique.
 
K. vitso (http://elovitschinfo.wordpress.com)
 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *