claudeameganvi_500


Le collectif « sauvons le Togo » CST et le Front républicain pour l’alternance et le changement (FRAC) ont conjointement organisé samedi dernier leur traditionnelle « marche de protestation » suivie d’un meeting à la plage en face de l’Ambassade d’Allemagne, meeting qui a regroupé des milliers de personnes. Le Parti des travailleurs de Claude Améganvi (photo) et l’Alliance des démocrates pour le développement intégral (ADDI) du Professeur Aimé Gogué ont profité de cette occasion pour exprimer leurs positions sur la question du dialogue et la participation ou non du CST-FRAC de prendre part à ces pourparlers avec le régime togolais.
 
Tout a commencé par les explications données par Éric DUPUY, Secrétaire général de l’Alliance nationale pour le changement (ANC) sur l’absence de son parti les 19 et 20 février derniers au dialogue « exploratoire » conduit par l’évêque d’Atakpamé, Mgr Nicodème Barrigah. « Nous avions déjà rencontré l’Ambassadeur des USA au Togo et Mgr Barrigah depuis le 13 janvier passé et nous leur avons signifié notre position qui se résumait aux règlements des préalables à savoir le retour des députés ANC au Parlement, la libération des détenus dans le cadre des enquêtes de ces incendies et l’inscription de certains points à discuter comme les problèmes liés à la Haute autorité de l’audiovisuelle et de la communication (HAAC), la Cour constitutionnelle », a-t-il affirmé.
 
Claude Améganvi, du Parti des travailleurs, s’est lui voulu plus direct en relevant l’« inopportunité » de la présence de l’ADDI, unique formation membre du FRAC (Front républicain pour l’alternance et le changement) ayant pris part durant deux jours à cette rencontre, le PSR s’étant retiré après le premier jour.
 
Pour ce responsable du Parti des travailleurs, la « question du dialogue n’est plus d’actualité depuis la fin de la conférence nationale souveraine », car, a-t-il argumenté, « ceux qui sont en face sont demeurés sourds aux préoccupations des populations ». Aussi, fustige-t-il clairement ADDI d’Aimé Guogué d’avoir accepté de participer au comité préparatoire du dialogue qu’a présidé l’evêque d’Atakpamé en présence de certains diplômâtes accrédités au Togo.
 
« Je suis fâché cette semaine. Je n’aime pas le dialogue. Ce n’est pas normal que des responsables comme Alphonse Kpogo, Agbéyomé Kodjo et d’autres soient en détention et qu’un parti membre du Front républicain pour l’alternance et le changement se retrouve au dialogue avec ces illégalistes ce n’est pas normal. Nous n’accepterons plus ces choses », a-t-il servi aux militants.
 
Le droit de réponse à cette salve n’a pas tardé à venir du parti ADDI qui estime que le dialogue est le « véritable moyen d’enracinement de la démocratie dans tout pays ». Le Professeur Aimé Gogué est revenu sur l’histoire de certains pays de par le monde pour soutenir sa pensée. « L’histoire nous a appris qu’au Vietnam au moment même où on bombardait le pays, les négociations se tenaient entre les différents acteurs. Nelson Mandela, le prisonnier emblématique de l’Afrique du Sud dialoguait même en prison avec les Blancs. Je suis au CST-FRAC et c’est en travaillant ensemble que nous allons vaincre l’adversaire », a-t-il affirmé aidé en cela par Dr Nagbandja KAMPATIBE, membre d’honneur de l’ADDI qui a invité les leaders et militants du CST-FRAC à “préserver la cohésion du groupe ». « C’est très important de préserver la cohésion du groupe que nous formons pour éviter de jouer le jeu du pouvoir qui est de diviser pour régner », a-t-il averti.
 
Pour Jean-Pierre Fabre rien ne peut se faire sans le CST, qui d’après lui, est un « protagoniste de la crise ». Celui-ci a dénoncé le refus des initiateurs de ce dialogue de convier le CST à la table des discussions.
 
Le leader de l’Anc n’a pas oublié l’autre regroupement de l’opposition et a martelé que c’est “ensemble qu’ils pourront gagner la lutte » avec leurs collègues de la coalition « Arc-en-ciel ».
 
Le CST-FRAC a annoncé au cours de cette marche l’arrestation dans de ses rangs du CST. Napo Tchein de l’Université de Kara, le pasteur Nyonato, et Godé Tchakoura, Trésorier du CST, ont été appréhendé au cours du week-end, ont annoncé les intervenants.
 
Bernard A.
 
 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

71 − 63 =