Djimon Oré s’explique

djimon-ore


24 heures seulement après sa fracassante exclusion de l’Union des Forces de Changement (UFC), Dimon Oré le Premier vice-Président de ce parti, ancien ministre de la communication et actuel député du Moyen-Mono était mardi sur les antennes de la radio privée Kanal FM.C’est l’occasion pour le jeune politicien de s’expliquer sur le terrible séisme qui secoue actuellement le parti de Gilchrist Olympio.
 
Selon ses dires, le fils de Sylvanius Olympio n’est pas du tout conséquent avec lui-même et fait manifestement du coq à l’âne sans avoir une conviction nette et un positionnement clair dans sa collaboration avec Faure Gnassingbé.
 
« A maintes reprises, le président national nous a dit que l’accord que notre parti a signé avec le pouvoir n’a pas été concluant et qu’il n’était plus nécessaire d’envisager un nouvel accord » a déclaré Djimon Oré qui a alors tiré une conclusion.
 
« Si cet accord n’a pas été concluant qu’est-ce que nous allons chercher à nouveau dans un gouvernement de Faure Gnassingbé » ?
 
Question logique qui doit en principe venir à l’esprit de tout homme lucide et conséquent avec lui, surtout qu’à cause de cette collaboration avec le pouvoir, le peuple n’a pas hésité à sanctionner, sévèrement le parti de FAUX GIL en ne lui concédant que 3 députés sur 91 que compte la nouvelle Assemblée Nationale.
 
C’est donc en connaissance de cause et tirant les leçons de cette descente aux enfers que certains cadres de ce parti dont Djimon Oré ont estimé qu’il n’était plus opportun pour l’UFC de composer à nouveau avec le pouvoir de Faure Gnassingbé.
 
Mais les « ventrocrates » de l’UFC qui ont déjà goûté à la fameuse gloire du pouvoir et aux avantages liés à l’exercice d’une portion (même maigre) de ce pouvoir n’ont pas pu se retenir.
 
Gilchrist Olympio qui a toujours manifesté une avidité sans mesure à ce pouvoir n’a pas pu non plus se laisser guider par le bon sens et la raison.
 
Il a fait le choix risqué et abscond de se contenter de ce titre qu’il s’octroie d’autorité d’être the second person of the power.
 
Que d’enfantillages au sein de ce parti politique !!!
 
Ainsi donc, puisqu’il ne supporte pas du tout d’être critiqué par des jeunes qu’il a eu à forger de ses mains, Gilchrist Olympio a tout simplement choisi de les exclure du parti même s’il ne doit lui rester que des « canards boiteux » selon les termes de Oré.
 
C’est donc avec ces « canards boiteux » que le septuagénaire président de l’UFC entend se maintenir sur la scène politique togolaise, aux côtés naturellement de Faure Gnassingbé.
 
Mais pour quel résultat et quelle finalité ?
 
La question reste toute entière tant que Fo Gil n’aura pas réussi à prouver au peuple togolais qu’il est capable d’innover, de remobiliser des énergies pour créer une nouvelle dynamique susceptible de constituer une alternative qui pourra sauver le peuple togolais.
 
Mais ne nous leurrons guère, en l’état actuel des choses, il est plus qu’évident que le président national de l’UFC a fini de programmer, définitivement, sa mort politique au Togo et auprès des togolais.
 
togoinfos
 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Welcome Back!

Login to your account below

Retrieve your password

Please enter your username or email address to reset your password.

Aller à la barre d’outils