Dr Ekue : « Les actes posés par la Dynamique pouvaient être évités au moins par Agbeyomé Kodjo qui connait bien le Togo »

0
3196

Dr Foly Gada Ekue faisait partie des universitaires qui se sont investis de la mission d’éclaireurs de conscience face à la contestation farouche des résultats du scrutin présidentiel du 22 février 2020 par la Dynamique Mgr Kpodzro. Si aujourd’hui il se réjouit d’avoir contribué à éviter au Togo une violence post-électorale, il est cependant déçu de constater que la Dynamique qui regroupe « le crac des cracks » ait pu poser des actes qui au finish frisent le ridicule. Dans l’interview ci-dessous, le Conseiller du président de l’UFC, Gilchrist Olympio revient sur ce qu’il appelle déficit stratégique manifeste de la Dynamique et parle de sa relation avec Agbéyomé Kodjo. Par ailleurs, dans le prochain gouvernement de Faure Gnassingbé, Dr Ekue plaide pour la promotion d’un Ministère spécial chargé de la Réconciliation et de la Justice sociale, qui complètera et consolidera le travail abattu par le HCRRUN. Lisez plutôt ! 

Gapola : Faure Gnassingbé a été proclamé gagnant par la CENI et la Cour constitutionnelle avec plus de 70% à la dernière présidentielle au Togo. Une victoire toujours contestée par la Dynamique Mgr Kpodzro. Trouvez-vous cela légal?

Dr Foly Gada Ekue: Je dois dire que l’approche adoptée par la Dynamique Kpodzro suscite beaucoup d’interrogations. Nous sommes en politique et chacun agit suivant une stratégie qu’il considère optimale. Mais si après la publication des résultats provisoires, la Dynamique a fait un recours auprès de la Haute Cour c’est qu’elle reconnaissait la légitimité de cette Cour à arbitrer le scrutin. Nous avions tous cru au vu des déclarations que la Dynamique disposait d’éléments objectifs solides pour prouver qu’elle avait gagné. Niente ! Pour son recours, la Dynamique n’a jamais fourni les PV pouvant attester sa victoire mais, chose bien étrange, elle a plutôt cherché à démontrer l’existence d’irrégularités en oubliant qu’elle devait aussi prouver leur incidence sur les résultats. Tout ceci est à mon avis une faute stratégique majeure. Car de deux choses l’une : soit vous avez gagné, vous pouvez le prouver et il est inutile de démontrer qu’il y a eu des fraudes ; soit vous ne pouvez pas prouver votre victoire, donc il est possible que vous n’ayez pas gagné, mais comme vous estimez qu’il y a eu des irrégularités et des fraudes et que vous en avez les preuves, vous exhibez ces preuves pour demander une annulation du scrutin. Et dans ce dernier cas, vous devez observer scrupuleusement le droit de la preuve en matière électorale tel qu’il existe au Togo. Vous voyez très bien que la démarche de la Dynamique présentait un déficit stratégique manifeste et qu’aucune contestation découlant de telles données ne pouvait aboutir. Finalement, à la proclamation des résultats définitifs, bien qu’elle sache très bien que les décisions de la Cour sont insusceptibles de recours, la Dynamique a choisi de les contester faisant ainsi sortir le processus électoral de son cadre légal. Les actes ensuite posés par la Dynamique comme par exemple la nomination de ministres ou autres ont été, comme vous savez, sans le moindre effet politique durable. Je crois que tout ceci est déplorable et pouvait être évité au moins par M. Agbeyomé KODJO qui connait bien ce pays.

Y-a-t-il un thème juridique qui qualifie cette contestation farouche de la Dynamique ?

S’il existait au Togo un droit de la pétition en contestation des élections présidentielles comme par exemple au Québec pour les élections provinciales, on pourrait mieux qualifier la contestation telle que mise en œuvre par la Dynamique après la proclamation des résultats définitifs. Il me semble juste qu’il s’agit donc d’une tentative de renversement de l’ordre constitutionnel établi.

On vous connaît en tant qu’homme de dialogue qui aime souvent travailler avec tous ceux qui ont du respect pour les institutions de la République. Avez-vous eu des rapprochements avec l’un des leaders de la Dynamique de par le passé ?

Je crois aux vertus du dialogue et de la concertation ; et j’ai trouvé cette verve très affermie chez Gilchrist OLYMPIO, homme d’État de grande envergure, qui a bien fait de choisir au moment opportun la voie du pardon, du dialogue et de la réconciliation pour le bien de notre pays. Puisse-t-il un jour être compris de nouveau par les Togolais.

Ceci dit, j’entretenais des rapports assez cordiaux avec la plupart des leaders de la Dynamique Kpodzro. Je connais bien M. Agbeyomé KODJO qui est un oncle à moi et avec qui j’échange volontier bien que politiquement nous ne soyons pas du tout proches. Vous savez qu’il a été présent à l’occasion de mon concert d’avril 2019 au Grand Rex. M. Fulbert Attisso est une personne bien réfléchie, je l’ai connu à la faveur d’une « conversation musclée » en ligne, alors qu’il était dans une autre dynamique sans avenir politique, la C14 s’entend. Thomas Noussoukpoé est un ami, de 2015 à 2017 nous avons collaboré sur des recherches sur l’avenir du Togo ensemble avec le Prophète Esaïe. Mais depuis leur engagement pour les présidentielles et les travers qu’a pris cette Dynamique, je n’ai plus eu l’occasion d’échanger avec eux. J’espère juste qu’ils sont animés envers moi des mêmes sentiments fraternels et citoyens qui sont les miens envers eux… Je le dis parce que j’ai entendu des choses qui méritent d’être vérifiées qu’ici je préfère taire…

Parlant de Faure Gnassingbé, le vainqueur de la présidentielle tel que reconnu par la Haute Cour. Qu’attendez-vous de lui pour son nouveau mandat qui a démarré depuis le 03 mai dernier?

Humm ! Diriger un pays est une affaire compliquée ! Avant toute chose, comme le recommande d’ailleurs l’épitre aux Romains dans son chapitre 13, je souhaite au Chef de l’État une bonne santé, du discernement et du courage pour accomplir la mission qui est la sienne. Par le passé le Togo a connu beaucoup d’indicibles violences, d’injustices et de sévices. Ce que nous attendons de Faure Gnassingbé c’est qu’il continue d’œuvrer pour que dans un avenir proche ce passif moral, politique, social et économique des décennies passées soit soldé, que les populations se réconcilient entre elles et que des bases solides pour de nouveaux lendemains apaisés et prospères soient posées dans notre pays. S’il y arrive, et il faudrait qu’on l’y aide, à mon humble avis, il aura accompli sa mission. C’est d’ailleurs pour cela que je plaide ici pour que pour son nouveau mandat, il promeuve un Ministère spécial chargé de la Réconciliation et de la Justice sociale, qui complètera et consolidera le travail abattu par l’HCRRUN, grâce à une évaluation circonspecte des problèmes majeurs d’ordre politique et technique qui minent encore la stabilité de notre pays. Ce ministère pourrait concevoir et exécuter des politiques publiques innovatrices dont les souvenirs resteront dans la mémoire collective des populations. Car aujourd’hui une nouvelle offre politique et technique est plus que nécessaire pour avancer et faire rêver encore les Togolais. Sans un changement positif perceptible par la majorité des Togolais, il sera difficile à la population et aux forces sociales de soutenir et d’accepter jusqu’au bout ce mandat. En le disant, j’aimerais toutefois commettre une erreur d’appréciation… Pour finir, nous espérons de tout cœur que le Chef de l’État accompagne et soutienne le projet de l’alternance pacifique très cher au président Gilchrist OLYMPIO et pour lequel l’l’UFC est devenue l’agneau sacrificiel national pour le bien de tout le pays. Et je voudrais rappeler en effet ici à travers vos colonnes que ce sacrifice aucune somme d’argent ne lui vaudra et ne saurait le racheter… !

Dr Ekue, ministre dans le prochain gouvernement ?
Vous savez aussi bien moi que cette question est politiquement incorrecte ! Dans tous les cas, si une telle chose devra advenir je suis certain que vous le saurez avant moi…

Votre mot de fin

Le Togo est un pays béni. Il nous appartient de bien l’entretenir. Des défis importants nous attendent provenant aussi bien de nos turpitudes propres que de la géopolitique mondiale ou régionale. Serrons nos reins, faisons taire une fois les divisions politiques, comprenons-nous et avançons …demain il fera beau !

Interview réalisée par Thierry AFFANOUKOE / Gapola 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

− 2 = 2