Économie : Ouverture de la 15ème Foire internationale de Lomé

0
193

photo @ savoir news


La 15ème Foire internationale de Lomé, grand rendez-vous des affaires, a été officiellement ouverte ce vendredi par Mme Bernadette Legzim-Balouki, ministre du commerce et de la promotion du secteur privé, a constaté une journaliste de l’Agence Savoir News.

Étaient également présents à cette cérémonie : Harouna Kaboré (ministre du commerce et de l’industrie du Burkina Faso), des membres du gouvernement, Kuéku Banka Johnson (Directeur du Centre Togolais des Expositions et Foire/CETEF), des chefs traditionnels et des opérateurs économiques.

Axé sur le thème « la chaîne de valeur, vecteur du progrès économique », la Foire internationale de Lomé offre aux participants plusieurs opportunités  dont la promotion des échanges de produits et services de tous les secteurs d’activité économique des pays, aussi bien de la sous-région que des autres continents, l’accroissement du niveau de l’activité commerciale entre les pays de la sous-région, ainsi que des possibilités de rencontres entre professionnels et spécialistes, pour un développement de l’activité commerciale de la sous-région et du reste du monde.

« Point n’est besoin de démontrer l’importance qu’occupe ce concept dans la dynamique de développement des entreprises lorsqu’on se situe au plan micro économique, et du rôle qu’il joue dans la transformation et la valorisation de différents produits agricoles permettant ainsi à nos populations, surtout rurales, d’engranger plus de revenus et de pourvoir à leur besoin », a souligné Kuéku Banka Johnson Directeur du CETEF.

Pour cette 15ème Foire internationale de Lomé, le Burkina Faso est le pays invité d’honneur. Les Burkinabés sont présents sur le site avec 43 stands dans le pavillon Agou et quelque 86 exposants aux côtés des autres, venus du Bénin, du Ghana, du Mali, du Sénégal, du Cameroun, du Maroc, du Kenya, de l’Egypte, de l’Inde, du Pakistan, de l’Iran, d’Italie, d’Allemagne et de la France.

La Foire de Lomé, un bel exemple de coopération sud-Sud

 
Pour le ministre du commerce et de l’industrie du Burkina Faso, cette 15ème édition de la foire de Lomé est une opportunité offerte aux opérateurs économiques du Burkina Faso pour rendre visible les produits made in Africa. Elle marque aussi la volonté de nos deux pays, de renforcer les échanges commerciaux et la compétitivité des activités économiques et financières de nos États dans le cas des marchés ouverts et concurrentiels.

Vue partielle de l’assistance.

« La  Foire de Lomé fait la fierté des opérateurs économiques de notre région et reste l’une des plus grandes manifestions de la sous-région ouest-africaine à laquelle participent beaucoup d’opérateurs économiques burkinabés. Elle constitue un bel exemple de coopération Sud-Sud, car les échanges Sud-Sud ont quelque fois tendance à être négligés au profit de ceux entre le nord et le sud pourtant, beaucoup de produits et services sont à découvrir et à partager au sein de nos États », a indiqué M. Kaboré.

Selon lui, le commerce entre les différents pays du continent a un faible niveau. Le commerce intra-africain est de 16%, comparé à l’Europe où 70% du commerce est réalisé entre les états membres de l’Union Européenne.

« La participation du Burkina Faso à ce grand marché sous-régional est le témoignage de l’engagement des plus hautes autorités de nos deux pays, à renforcer davantage d’une part la coopération bilatérale et à améliorer d’autre part, le niveau des échanges commerciaux. Durant cette exposition, les visiteurs apprécieront le savoir-faire de nos PME dans les filières telles que le beurre de karité, le pagne tissé, le Sésame, l’Oignon…… » a-t-il souligné.

Pour la ministre togolaise du commerce et de la promotion du secteur privé, la Foire internationale de Lomé constitue un cadre de référence et un grand rendez-vous annuel d’affaires pour développer vos activités, en découvrant de nouveaux marchés aboutissant à de nouveaux contrats.

La notion de chaîne de valeur s’inscrit dans la vision du Gouvernement de faire des différentes activités économiques du pays, des facteurs de développement tel que souligné dans le Plan National de Développement (PND) adopté en août dernier pour la période 2018-2022.

« Nous notons aujourd’hui de nouvelles chaînes de valeur très intéressantes à explorer. Il s’agit notamment des chaînes de valeurs agricoles comme les filières soja, anacarde, karité, ananas et bien d’autres pour répondre à l’axe 2 du PND qui vise à développer des pôles de transformation agricoles, manufacturières et d’industries extractives » a-t-elle indiqué.

« Le Gouvernement poursuit la modernisation des secteurs agricole et commercial, afin de faciliter et encourager les activités de production, de transformation, de commercialisation et d’exportation des produits togolais pour améliorer de façon rapide et tangible, la vie de tous nos concitoyens » a-t-elle ajouté en rappelant que  c’est fort de ces réformes que le Togo a fait un bond qualitatif de 19 places dans le classement Doing Business 2019, pour être le Top 10 des économies qui ont le plus amélioré leur cadre règlementaire dans le monde, et pour devenir la deuxième économie la plus attractive dans l’espace UEMOA et la quatrième en Afrique de l’ouest.

Rappelons que la 14ème Foire internationale de Lomé avait enregistré 266.894  visiteurs avec 820 exposants. Au total 17 pays africains et européens ont participé à cette foire aux cotés des exposants togolais. FIN

Abbée DJAGLO
 
source : savoir news
 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Entrer votre commentaire
Entrer votre nom ici