samedi 27 février 2021

Editorial de Fenêtre sur l’Afrique du 22 août 2015 : Décryptage du mémorandum du CAP 2015 4 mois après l’élection présidentielle d’avril 2015


edito_fsa_22aout2015

Editorial de Fenêtre sur l’Afrique du 22 août 2015 sur radio Kanal K en Suisse
 
Décryptage du mémorandum du CAP 2015 4 mois après l’élection présidentielle d’avril 2015

 
Selon le communiqué ayant sanctionné la présentation du mémorandum, « Le mémorandum relève, preuves à l’appui, les irrégularités et fraudes commises au niveau des institutions telles que la CENI, la HAAC, la Cour Constitutionnelle, le gouvernement et le parti RPT/ UNIR au pouvoir. Il souligne en outre, les manquements et dysfonctionnements apparus au niveau des acteurs de la communauté internationale et des organisations de la société civile, avant de s’étendre sur les errements et les dérives de toutes sortes observés sur le terrain, principalement au niveau des CELI. »
 
Voilà en substance ce que l’on peut retenir du mémorandum du CAP 2015 le 11 août dernier. Le document s’est borné à critiquer les manquements, attitudes, dysfonctionnements, etc. de tous les autres protagonistes ou impliqués dans le dernier processus électoral. Point par point, la minutie a été de rigueur pour exposer et démontrer la réalité du coup de force perpétré par le régime en place et les instances publiques inféodées les 28 avril et 3 mai 2015. Quid de l’introspection du CAP 2015 ? L’enfer serait-il toujours les autres ?
 
Le procès du CAR, du NEET, d’OBUTS, pour ne citer que ceux-là, est déjà fait ; et le Peuple en est conscient. Éric Dupuy, secrétaire national à la communication de l’ANC en a rajouté une couche le 20 août dernier taxant ces partis de « Yom-la ». Il a rajouté aussi que, pour ce qui est de la participation du CAP 2015 au scrutin d’avril dernier, « Si cela est à refaire, nous le referions ». Ce qui est sûr, c’est que le CAP et l’ANC ont mis en place, dès le lendemain de ces élections, une ligne de communication afférente à leur participation à laquelle ils semblent restés fidèles vaille que vaille. Retenons juste que cette coalition n’exprimera jamais de regret à ce propos.
 
Une fois ceci dit, le CAP 2015 n’était-il pas tenu à une obligation de résultat vis-à-vis du Peuple qui, une fois encore, lui a massivement apporté sa voix ? Le CAP 2015 a exigé la réalisation des réformes institutionnelles et politiques avant les élections, a aussi pris part à des manifestations de la société civile sous le slogan « Pas de réformes, pas d’élections ». Avant de prendre finalement part à ce scrutin, il a promis au Peuple que « cette fois-ci, on ne nous volera pas ». Dans ses communications du moment, il a clamé à qui voulait l’entendre qu’il a appris des expériences du passé et que les moyens étaient mobilisés pour que la vérité sorte des urnes. Ne serait-ce que sur les points ci-dessus évoqués, le CAP ne se sent-il pas une certaine obligation politique, sinon morale, pour exprimer clairement son échec et présenter ses plates excuses au Peuple ? A quand remonte une autocritique de l’ANC et du CAP 2015 ?
 
Nous nous attendions, et certainement le Peuple togolais aussi, à ce que le CAP 2015 nous fasse économie de sa litanie dorénavant habituelle, et à force inaudible, des manquements et autres critiques des « diables », pour nous ouvrir une nouvelle page concrète sur ce qui va être sa nouvelle orientation ou pratique politique. Si l’objectif du mémorandum était seulement de nous démontrer la capacité de fraude et de vol du régime RPT-UNIR, doublée de l’inertie de la communauté internationale, alors il y a du pain sur la place. En tout cas, cet extrait du communiqué va dans ce sens : « L’organisation et le déroulement du scrutin du 25 avril 2015 ainsi que la proclamation des résultats montrent, une fois encore, que les consultations électorales au Togo sont toujours marquées par de graves irrégularités et des fraudes massives, planifiées et méthodiquement exécutées à chaque élection par le parti au pouvoir, le RPT/UNIR, soutenu de diverses manières, aussi bien par les institutions en charge du scrutin que par des acteurs de la communauté internationale et certaines organisations de la société civile ».
 
Nous ne le dirons jamais assez ; le seul et vari ennemi du Peuple togolais c’est le système RPT-UNIR. Notre propos ici ne dédouane et ne dédouanerai jamais ce système. Seulement, il faut aussi, responsabilité oblige, savoir soumettre à des analyses critiques les actions ou approches des forces se réclamantalternatives voire de changement. Le régime, de par ses actes quotidiens, démontretout seul et à satiété qu’il est le cancer pour le Peuple. La composition du nouveau gouvernement, la rareté de ses conseils, les fréquentes disparitions du Président de la République, tout ceci est symptomatique du je-m’en-foutisme du pouvoir à l’égard des intérêts supérieurs du Peuple. Pis, ce régime renoue de plus belle avec ses méthodes autocratiques : volonté d’embastillement de la presse surtout indépendante, séquestration d’honnêtes citoyens, entraves aux libertés d’expression, d’opinion et de manifestation, le chasse à l’homme, la pénalisation des citoyens par des hausses extravagantes des prix de denrées et autres produits de première nécessité, la gabegie, le déni du droit du Peuple à une bonne santé, etc. Ce régime n’est et ne sera jamais légitime au Togo. Il est génétiquement réfractaire à toute idée réformatrice.
 
Rappelons que la création du CAP 2015 fut une initiative positivement accueillie et massivement saluée parnospopulations. Ce ballon d’essai n’a pu encore être transformé. Mieux vaut tard que jamais. Si le CAP 2015 et l’ANC veulent garder, ne serait-ce qu’un reliquat de crédibilité aux yeux du Peuple du Togo, ils doivent comprendre que la stratégie de diabolisation continuelle des autres pour espérer engranger la sympathie des populations ne fait plus recette ; ce temps est révolu depuis la reddition de l’UFC. Les populations sont de plus en plus à même de faire ces analyses et constats. Il revient maintenant à cette coalition, du moins pour ce qui en reste, dans un premier temps d’exposer sa nouvelle approche pour l’obtention de la réalisation des Réformes et, dans un second, à court ou moyen terme, présenter sa nouvelle orientation et stratégie politiques pour les mois et années à venir.
 
Si nous avons un quelconque mal à lui souhaiter, c’est qu’elle intègre une dose importante de la formation ou éducation civique dans sa nouvelle stratégie d’approche des Populations. Ces dernières doivent connaître les droits fondamentaux quenotre Loi fodamentale leur garantit. Maîtriser leurs droits civiques et politiques serait un levier fondamental pourla mobilisation des populations.
 
 
La Rédaction de FSA
 
Radio Kanal K, Suisse
 
 
Contact: fenetre.afrique@gmail.com
 
Tel: 0041 79 641 60 50
 
Soutenez Fenêtre sur l’Afrique
 
Bénéficiaire: Fenêtre sur l’Afrique, Avenue Jean-Marie Musy 5, 1700 Fribourg
Banque: Poste Finance, Suisse
Compte: 12-351910-4
IBAN: CH36 0900 0000 123519104
BIC: POFICHBEXXX
 
Compte payal: https://www.paypal.com/cgi-bin/webscr?cmd=_s-xclick&hosted_button_id=8LR2Y8MKDXMM8
v

Sylvain Amos
Journaliste, Présentateur de « Fenêtre sur l’Afrique »
Radio Kanal K, Aarau
Suisse
Tel: 0041 79 641 60 50

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *