Accueil TOGO ACTUALITÉ POLITIQUE Élections législatives du 20 décembre : Gilbert Bawara se « fiche royalement...

Élections législatives du 20 décembre : Gilbert Bawara se « fiche royalement » que la Coalition se présente ou non

- Advertisement -

photo archive / Gilbert Bawara


Gilbert Bawara ne se fera pas que des amis au sein de la coalition des 14 partis de l’opposition après sa dernière sortie sur les ondes de la BBC. « Si la coalition se présente à ces élections, c’est bien. Mais si elle ne se présente pas, nous nous en fichons royalement ». Voilà le message que le ministre de la Fonction publique et de la Réforme administrative a voulu adresser aux formations politiques membres de la coalition des 14 partis de l’opposition togolaise.
Interrogé sur la crise sociologique et les revendications actuelles de l’opposition au pouvoir de Faure Gnassingbé, le plus écouté des Lieutenants du Président de la République s’est voulu très direct. « Pour vous parler en toute franchise, nous ne nous intéressons pas trop à ce que la coalition ou l’opposition fait. Nous organisons des élections non pas seulement pour les partis politiques. Nous organisons ces élections également pour les candidats indépendants. Nous ne savons pas demain qui va être candidat et qui ne le sera pas. Si la coalition se présente à ces élections, c’est bien. Mais si elle ne se présente pas, nous nous en fichons royalement », a-t-il dit en langue anglaise à la BBC (traduction assurée par l’Agence de presse AfreePress).
Selon M. Bawara, la résolution des différends portant sur le cadre électoral togolais avait été proposée par le Président Nana Akufo-Addo du Ghana lors d’une séance du dialogue politique à Lomé. Mais c’est Jean-Pierre Fabre et Mme Adjamagbo-Johnson qui ont rejeté cette proposition, a-t-il martelé. « Personne ne peut soutenir ou penser que la date du 20 décembre fixée par la CEDEAO pour la tenue des prochaines élections législatives est une date indicative. Si toutes les décisions ou recommandations de la CEDEAO au Togo sont devenues des recommandations indicatives, aucune d’entre elles ne pourrait être mise en œuvre. Nous devons plutôt respecter ces décisions et nous soumettre à elles dans le cas contraire, chacune des parties agirait librement en fonction de ses intérêts. Le gouvernement togolais comprend et maîtrise mieux le contenu de la feuille de route que ces personnes de l’opposition », a-t-il ajouté.
Le processus électoral se poursuit au Togo pour la tenue des élections législatives du 20 décembre prochain quand bien même la coalition des 14 partis de l’opposition a décidé de se mettre en marge et de boycotter le travail qui se fait par la Commission électorale nationale indépendante (CENI).
Dans un communiqué rendu public mardi 13 novembre dernier, le groupe des 5 (États-Unis, Allemagne, France, Union européenne, et le système des Nations Unies) a exhorté l’opposition et toute la classe politique togolaise à œuvrer pour la tenue d’élections transparentes, crédibles et inclusives au Togo.
A.Y.

afreepress

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

55 − = 53

LES + LUS

Éliminatoires CAN/2021 : Togo battu par Comores (0-1) à Lomé

Les Éperviers du Togo ont mal débuté les éliminatoires de la CAN/2021, battus (0-1) par les Cœlacanthes...

Présidentielle : Révision des listes confirmée, Espérance pour le Togo appelle à la « mobilisation »

Mme Maryse Quashie La révision des listes électorales en vue de la présidentielle de 2020 se tiendra bel...

Traite des enfants : Plus de 2000 victimes chaque année au Togo !

Photo Illustration : Organisation internationale pour les migrations (OIM) Au Togo, chaque année, plusieurs enfants sont...

Togo, Lutte contre la Corruption : Quand le statut des magistrats met les juges à l’abri des peines de prison

Le corps des magistrats serait-il un corps au-dessus des lois togolaises ? Au moment où les autorités...

Togo, Incendies des Marchés de Lomé et de Kara : Après la sortie de Mohammed Loum, le pouvoir Faure/RPT-UNIR dos au mur !

Mohammed Loum Libéré en 2018 par grâce présidentielle après cinq (05) années passées derrière les barreaux, Mohammed...