Elections législatives : La Coalition Arc-en-ciel à Vogan pour ratisser large

arc-en-ciel_vogan


Les principaux responsables de la Coalition Arc-en-ciel à savoir Brigitte Kafui Adjamagbo Johnson, coordinatrice en exercice de la Coalition Arc-en-ciel et Secrétaire général de la CDPA, Me Paul Dodji Apévon, président du Comité d’action pour le renouveau (CAR), Antoine Folly, président de UDS-Togo, Me Tchassona Mohamed Traéoré du Mouvement citoyen pour la démocratie et le développement (MCD) et les responsables du Parti démocratique panafricain (PDP) ont tenu ce dimanche dans la ville de Vogan (60 km à l’Est de Lomé) une rencontre avec leurs délégués et responsables locaux venus des villages avoisinants, a constaté sur place l’Agence Afreepress.
Les échanges entre les deux parties ont essentiellement porté sur des questions électorales à savoir le « processus de recensement en voix de démarrage », « la nécessité d’une union de l’opposition », la « sensibilisation des populations de la région aux enjeux de ces élections », et la « vigilance citoyenne à appliquer » devant le processus électoral enclenché par la Commission électorale nationale indépendante (CENI).
« Nous avons voulu prendre contact ave nos militants et les premiers responsables de la Coalition Arc-en-ciel dans la région. Nous avons prévu de rencontrer à peu près cinq cents (500) personnes, il s’agit de prendre le temps de discuter avec elles. Nous avons pensé que le moment était venu de rencontrer ces responsables, échanger avec eux sur les problèmes du milieu, leur expliquer l’évolution de la situation au Togo. Nous savons qu’ils se posent beaucoup de questions concernant la préparation des élections, mais aussi concernant le dialogue. Nous avons voulu cette rencontre comme un moment d’échanges, leur donner toutes les explications de telle sorte qu’une fois retournés chez eux ils puissent à leur tour informer les populations », a confié à l’Agence Afreepress, la coordinatrice en exercice de la coalition.
Mme Adjamagbo-Johnson s’est dite « convaincue » que face à la « résistance de l’adversaire », l’opposition arriverait « d’ici peu à se mettre ensemble de manière à aligner des candidatures uniques face à l’UNIR et à l’UFC ». Pour cela, elle-ci conseille à ses amis de l’opposition de « s’engager dans la bataille électorale même si aujourd’hui les réformes qu’il faut n’ont pas été obtenues ». « Même si nous n’avons pas obtenu aujourd’hui les réformes qu’il faut, nous demandons aux militants à titre conservatoire d’aller se faire recenser et d’avoir leurs cartes pour pouvoir s’en servir utilement lorsque les élections auront lieu. Nous continuerons à nous battre pour obtenir les réformes. Nous demandons aux populations d’exercer une vigilance citoyenne afin qu’il n’y ait aucune irrégularité qui contribuerait à sortir d’un peu partout des listes électorales fictives pour faire gagner ce pouvoir qui n’a pour seul objectif que la conservation du pouvoir », a martelé la coordinatrice.
Antoine Folly de UDS-Togo a pour sa part, fait l’historique de la création de la Coalition Arc-en-ciel à l’assistance. « Nos adversaires ne veulent pas de la démocratie, ils prônent la non-démocratie. Lorsque vous cherchez à accéder au pouvoir par les urnes, ils optent de leur côté pour les fraudes, lorsque vous choisissez la voie de l’apaisement, ils optent de leur côté pour les armes, la violence, les tueries et les morts. Le RPT n’a jamais remporté d’élections au Togo », a martelé l’ancien ministre des Sports qui relève également que « l’autre cause » qui empêche la classe politique de l’opposition d’accéder au pouvoir est sa « division ». « Ce sont nos dissensions qui donnent la force à nos adversaires », a regretté l’homme.
C’est pour remédier à cela, a-t-il expliqué, que cinq formations politiques de l’opposition se sont mises ensemble pour « mener la bataille ». « Le but de notre unité, c’est d’être ensemble pour aller aux élections législatives, c’est d’être ensemble pour aller aux élections communinales et préfectorales. C’est d’être ensemble pour aller aux prochaines élections présidentielles. Nous nous sommes dit que s’ils (les autres partis de l’opposition, NDLR) ne veulent pas commencer avec nous, nous allons démarrer, peut-être qu’ils nous rejoindront plus tard », a mentionné l’homme
« 50 ans c’est trop, il faut l’alternance pour faire évoluer le pays. Lorsqu’on dure trop au pouvoir, on a tendance à développer des réflexes de conservation. On oublie le développement du pays et on se concentre sur des stratégies de conservation », a dit pour sa part le président du MCD, Me Mohamed Tchassona Traoré.
Par cette visite, la Coalition Arc-en-ciel renoue avec ces tournées de sensibilisation à l’intérieur du pays après plusieurs mois d’interruption. Ce regroupement de cinq formations politiques prône une « unité électorale » de l’opposition afin, dit-elle, « de mettre toutes les chances d’une victoire de son côté face au pouvoir de Lomé ».
Olivier A.
afreepress