Accueil TOGO ACTUALITÉ POLITIQUE Élections locales sans réformes : L’ANC crie haro sur le gouvernement

Élections locales sans réformes : L’ANC crie haro sur le gouvernement

- Advertisement -

Patrick Lawson


L’Alliance nationale pour le changement (ANC) a vivement protesté contre « le fait que le gouvernement annonce une fois encore des élections sans les réformes politiques et électorales, que l’ensemble des populations togolaises appellent de leurs vœux comme préalables à toute nouvelle élection au Togo ».
 
Le ministre de l’administration territoriale a entamé depuis quelques jours, des consultations avec les partis politiques, dans le cadre de la tenue de ces élections locales dont la date n’a pas encore été fixée. Parmi les formations politiques consultées, figure l’ANC de Jean Pierre Fabre.
 
Dans un communiqué rendu public, « l’ANC exprime, conséquemment, sa réprobation de la persistance du régime RPT/UNIR à conduire les processus électoraux dans notre pays en passant délibérément sous silence la question primordiale des réformes prévues de longue date par l’APG (depuis août 2006) et reprises entièrement par la feuille de route de la Cédéao du 31 juillet 2018, ainsi que les décisions du Comité de suivi du 23 septembre 2018, concernant notamment la Commission électorale nationale indépendante (CENI) ».
 
« Dans l’intérêt de la cohésion nationale et de la paix », poursuit le communiqué signé de Patrick Lawson, l’ANC « demande instamment au gouvernement, de traduire dans les faits la volonté exprimée par le Premier Ministre quant à l’adoption des réformes constitutionnelles, institutionnelles et électorales en attente, et d’engager sans tarder, une initiative courageuse en vue de leur mise en œuvre effective ».
 
Le 26 février dernier, le Comité d’Action pour le Renouveau (CAR), parti politique également consulté, avait invité le chef de l’État Faure Gnassingbé à « faire surseoir » le processus enclenché pour la tenue de ces locales.
Rappelons qu’au Togo, les dernières élections locales remontent à 1985. Les villes sont administrées par des présidents de délégation spéciale, nommés par le président de la République. L’opposition togolaise a appelé à plusieurs reprises, à la tenue de ces élections locales. FIN

 
source : savoir news
 
Edem Etonam EKUE
 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

+ 19 = 21

LES + LUS

Présidentielles en 2020/ Togo-Guinée-Côte d’Ivoire : Trois pays à risques

photo@L'Alternative  La période 2020-2021 verra une concentration d’élections présidentielles en Afrique de l’Ouest. Une demi-douzaine de pays...

Education et œuvre sociale : Le Lycée d’Ahépé aura un centre d’écrit de Bac2, grâce au groupe Dunenyo

Kokou Didier Agbemadon Dès l’année prochaine, les futurs bacheliers d’Ahépé, une localité située à plus de 70...

Préparation à 2020; Pouvoir et opposition : état des lieux … . De pseudo prophéties sur l’alternance

Les soucis du commun des Togolais sont sans doute loin de ces considérations. Où trouver les moyens pour...

Police fiscale de lutte contre le financement du terrorisme La mise en place de l’arsenal de répression se poursuit

Le ministre de la Insécurité et la NonProtection civile le « général » Damehame Yark | Photo : DR

Convention d’investissement avec MM Mining : Fer, manganèse, bauxite, chromite, etc. concédés contre quel chemin de fer ?

De la gauche vers la droite Le ministre Adedze et les députés Aka Jacqueline et Kodjo Djissenou lors de la...