manifdrapeau


Depuis plus de 30 ans, les élections locales ne sont plus organisées au Togo. Comme vœux de fin d’année, les partis d’opposition demandent l’organisation des locales.
 
Les communes sont gérées au Togo par des délégations spéciales, ce qui est une entorse au développement a la base. Alors que, dans la sous région ouest africaine ( Bénin, Sénégal, Ghana etc..) les élections locales permettent aux populations de jauger leurs dirigeants.
 
En avril 2004, devant les instances internationales à Bruxelles, le gouvernement togolais a promis l’organisation des élections locales qui constituent la clé de voûte de toute démocratique » normale ».
 
« Nous ne pouvons plus dans la sous région battre le record du régime le plus ancien, battre le record du pays qui depuis plus de 30 ans n’a pas organisé les élections locales…Nous attendons de ce fait informer davantage les populations, les amener à réclamer ses élections locales elles mêmes. (…) », a déclaré le secrétaire général du parti politique la Convention Démocratique des Peuples Africains (CDPA), Brigitte Adjamagbo sur la télévision Africa 24.
 
L’organisation des élections locales est également le vœu des autres partis politiques d’opposition comme le comité d’action pour le Renouveau (CAR), l’Alliance Nationales pour le Changement (ANC) etc…
Sans ces élections communales, pour élire les maires, le responsable du Collectif des Associations Contre l’Impunité au Togo (CACIT), Andre Afanou, sur la même télévision pense que » les Togolais sont privés de leurs droits fondamentaux ».
 
Les élections locales sont fondamentales pour l’enracinement de la démocratie participative.
 
source : Golfenews
 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

86 − 84 =