Essolizam Poyodi et Yacinthe Adjoli ont demandé à Le Floch Prigent de noyer Bodjona pour avoir sa liberté

Essolizam_POYODI_500x290
 
Comme on pouvait s’y attendre, les croustillantes révélations de Loïck le Floch Prigent sur les médias internationaux, notamment sur RFI dimanche à propos de ce qui s’est passé dans la fameuse affaire d’escroquerie internationale au Togo, devraient priver de sommeil aux autorités togolaises.
 
Lundi, le procureur de la République, Essolizam Poyodi a jugé utile de réagir pour démentir les propos de l’ancien PDG de ELF.
 
En effet, le Floch Prigent était très clair, lors de son séjour carcéral au Togo, « la seule chose qu’on lui a demandé c’était de dire du mal d’ancien ministre d’Etat qui était incarcéré non loin de lui » à la gendarmerie nationale.
 
En réalité ce n’était que la confirmation de ce que tous ceux qui sont proches de ce dossier savaient depuis des lustres.
 
Même l’homme d’affaires Agba Bertin, dans ses auditions avait déjà affirmé qu’à l’Agence Nationale de Renseignement, le Colonel Yotrofeï Massina, à l’époque directeur de cette agence, le lui avait demandé clairement d’impliquer Pascal Bodjona pour recouvrer sa liberté.
 
Ces propos aussi ont été dûment consignés. Qu’est-ce qui fait alors gesticuler Essolizam Poyodi ?
 
Sur RFI donc, le jeune procureur nie les faits et pense que Le Floch Prigent est en train de glisser un dossier purement judiciaire sur un terrain juridico politique.
 
C’est une blague de mauvais goût que le procureur de la République tente de servir au peuple togolais et à la communauté internationale.
 
Selon les informations que nous avons recueillies dans les couloirs de la justice togolaise, l’actuel procureur de la République Essolizam Poyodi et Yacinthe Adjoli l’ancien subtitut, aujourd’hui juge d’instruction chargé du 2ème cabinet, ont clairement demandé à l’ancien PDG de ELF, lors de ses auditions, de noyer pascal Bodjona pour recouvrer sa liberté.
 
Ils sont allés jusqu’à monter des supposées conversations téléphoniques pour acculer l’ancien PDG de Elf et le contraindre à dire qu’il avait traité avec le ministre Bodjona. Sa réponse a été claire : « Je tombe des nus ».
 
Alors de quoi parle Essolizam Poyodi sur RFI ?
 
Monsieur le procureur pouvez-vous nier, un seul instant que vous n’avez pas posé des questions insidieuses à Loïck Le Floch-Prigent lors de son audition pour incriminer à tout prix Pascal Bodjona ?
 
Pouvez-vous jurer que vous ne lui aviez pas fait cette proposition de noyer l’ancien bras droit de Faure pour obtenir de fait sa libération ?
 
Mieux, pour la libération du ministre Bodjona, pouvez-vous nier avoir pris part à une réunion secrète tenue le 23 mars au domicile de Charles Debbash en présence d’autres ténors, pour décider de la suite à donner à ce dossier gênant ?
 
La veille de sa libération, vous n’avez pas pris part à une autre réunion au domicile d’un autre baron du système en place pour plancher sur les termes à utiliser dans l’ordonnance que prendra le juge d’instruction qui va accorder la liberté à Pascal Bodjona ?
 
Je vous laisse répondre objectivement à ces questions avant de poursuivre les révélations. En tout état de cause, votre foi chrétienne doit vous interpeller.
 
De plus, Monsieur le procureur de la République lorsque vous soutenez que la justice togolaise a les moyens de contraindre Le Floch Prigent à revenir au Togo, êtes-vous sincère ?
 
Si oui pourquoi vous ne le contraignez pas à payer les accounts de la caution de 6 millions de dollars que vous lui avez demandez ?
 
Mais finalement, jusqu’où comptez-vous aller avec ce genre de propos mensongers et prétentieux qui vous plongent dans un ridicule effarant ?
 
Un conseil, inutile de vouloir couvrir le feu avec de la paille Monsieur le procureur !!!!
 
togoinfos
 
 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *