Etat de terreur :Vague de kidnappings dans les rangs du PNP

0
1066

Depuis les évènements d’août 2017, le régime dictatorial de Faure Gnassingbé s’est engagé dans une entreprise de décapitation du Parti national panafricain (PNP). La soldatesque a réussi à faire partir en exil Tikpi Atchadam, le numéro 1. Et depuis, plus de répit pour les militants et cadres de ce parti dont le seul tort est de se lever et combattre la dictature de Faure et affidés. Ce week-end, deux responsables ont été victimes de kidnapping orchestré par les éléments de la police militaire du « Prince » pour ne pas dire des barbouzes à sa solde.

Le samedi 25 janvier dernier, il a été enregistré l’enlèvement à Kpalimé de  M. Yacoubou A. Moutawakilou qui n’est autre que le Secrétaire Général du PNP dans la localité. Il serait amené vers une destination inconnue dans un premier temps.  Selon les témoignages, des agents se sont introduits chez lui en escaladant les murs de sa maison avant de l’amener manu militari. Ses proches étaient en attentes de ses nouvelles lorsqu’on a appris prend encore, de sources proches du parti, l’enlèvement d’un autre cadre cette fois-ci à Lomé. Il s’agit du sieur Aboubakar Tchatikpi dit Janvion (transitaire et militant du PNP). Il a eu la visite inopinée des gendarmes  à son domicile à Agoè-Zongo aux environs de 1heure du matin. Selon les témoignages recueillis, le commando aurait fait des dégâts importants  dans la maison avant de le conduire, lui aussi, vers une destination inconnue.  Selon les informations, il y a eu pas moins  de 15 véhicules qui ont envahi le quartier. Dans la maison, le plafond est arraché par les agents, à la recherche d´hypothétiques armes. Quatre téléphones portables ont été emportés: trois appartenant au militant du PNP et un à son épouse. Sa voiture a été également emportée par ceux qui sont venus l´enlever.

Ce n’est que plus tard que les recoupements menés par les instances du PNP ont permis de savoir que les deux personnes enlevées sont gardées au Service Central de Recherches et d’Investigations Criminelles (SCRIC), l’ex SRI.

Si on ne sait pas jusqu’alors ce qui est reproché à ces deux personnes, tout porte à croire que le régime veut une fois de plus porter un coup dur au parti de Tikpi Atchadam. Il faut rappeler qu’il y a plusieurs dizaines de militants de cette formation politique qui croupissent dans les geôles de l’arbitraire pour des motifs fallacieux.

C’est le lieu d’interpeller l’opinion nationale et internationale sur les actes du régime RPT-UNIR, notamment à la veille de la présidentielle du 22 février prochain. Si les agents peuvent se permettre de débarquer en pleine nuit comme cela chez des citoyens qui ne présentent aucun danger manifeste, alors là il y a encore des raisons de s’inquiéter. 

Ces enlèvements ont fait réagir le Parti national panafricain(PNP), qui a, dans la soirée d’hier sorti deux déclarations pour faire le point de la situation et situer par-là l’opinion nationale et internationale. Ci-dessous les deux communiqués signés du Secrétaire général du parti Dr Kossi Sama.

P.C.

source : Liberté

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

85 + = 92