Faibles performances de l’OTR : Faure Gnassingbé très remonté, Henry Gapéri sur le départ ?

F


ort


Né de la fusion des deux grandes régies économiques du pays à savoir la douane et les impôts pour renflouer les caisses de l’Etat togolais qui peine à mobiliser les ressources nécessaires pour le budget national, l’Office Togolais des Recettes(OTR) depuis son opérationnalisation en 2014, a du mal à atteindre les objectifs qui ont sous-tendu sa création et pire enfonce chaque jour l’économie togolaise dans l’abîme. Ce qui met le chef de l’État Faure Gnassingbé dans tous ses états au point que le commissaire général de l’Otr, le canado-rwandais Henry Gapéri soit en disgrâce totale chez le chef de l’État.
 
Il n’est plus aujourd’hui un secret pour les Togolais qu’avec l’arrivée de l’Otr et ses supposés réformes, la situation de l’économie togolaise n’est pas aussi reluisante que veulent le faire croire les responsables de cette institution à travers des messages ronflants publiés à pris d’or dans les colonnes de certains médias de la place.
 
Avec l’arrivée de l’OTR piloté par l’ex tout puissant Ayassor, beaucoup d’hommes d’affaires ont déserté le Togo tandis que plusieurs sociétés de la place, persécutées pour les taxes, ont fermé portes. Ceci peut se remarquer facilement rien qu’en faisant un tour au port de Lomé. L’affluence qui se faisait voir avant l’Otr, n’est plus de mise. Le port de Lomé qui enregistrait une très forte affluence est presque désert. Raisons, les opérateurs économiques trouvent les taxes imposées par l’Otr trop élevées et par conséquent, ils préfèrent se tourner vers le port de Cotonou et d’Abidjan. La sortie d’une voiture ou d’un container qu’on pouvait faire entre 300 000 et 500 000 Fcfa est passée à plus de 800 000Fcfa.
 
L’Otr depuis 2014 n’a jamais atteint ses objectifs. Pire plus du 1/3 des recettes engrangées par l’Office Togolais des Recettes est consommé par le personnel de cette institution. D’ailleurs, selon nos recoupements, le commissaire général ne serait pas en bas de 20 million par mois tandis que les agents ne sont pas en bas de 250 000 Fcfa. Même le gardien n’est pas moins de 150 000 Fcfa.
 
Face à l’échec cuisant de cette institution ,Faure GNASSINBGÉ qui a mis sa confiance dans ce projet et à qui le patron de l’Otr, Henry Gapéri a fait croire qu’il a les compétences pour piloter cette institution et redonner un souffle nouveau à l’économie togolaise serait très remonté contre le canado-rwandais.
 
Le torchon brulerait actuellement entre les deux hommes au point que l’on annonce le départ du grand patron. Il serait même hors du pays depuis le weekend dernier et selon d’autres sources plus pessimistes sur son sort ,il ne reviendra plus.
 
 
A suivre…
 
lomévi (www.togoactualite.com)