Faure Gnassingbé recourt enfin au renfort familial !


fauregn-500x290

Il n’est jamais trop tard pour bien faire dit-on souvent.

Le Président du Togo, Faure Essozimna Gnassingbé semble enfin comprendre qu’il ne peut aller bien loin sans l’onction familiale, sans la paix dans la famille qui l’a vu naître et dont il hérite des immenses avantages.

C’est ainsi que le vendredi 27 décembre, le jour-là même qu’il venait de démettre le général Atcha Titikpina de ses fonctions de Chef d’Etat-major général des FAT, Faure Gnassingbé a enfin réuni toutes les filles et tous les fils du général Eyadema au domicile de l’une de ses sœurs résidant à Cacaveli.

Certes la grande sœur Ivon, épouse de Charles Azoumaro n’était pas de la partie pour des raisons qui lui sont propres. Rock Gnassingbé aussi du fait de sa formation au Maroc. Mais le reste de la troupe qui jouit de la liberté de circuler, était là.

Et c’est donc devant tout ce monde enfin réuni que le Président de la République a reconnu certains manquements du passé, il a alors promis d’œuvrer désormais pour la cohésion de la famille.

« J’ai besoin de chacun de vous à mes côtés car c’est en restant unis que nous serons plus forts » a confessé Faure Gnassingbé à ses frères.

Très décontracté et détendu, l’héritier d’Eyadema s’est rendu entièrement disponible pour écouter les doléances de la famille avant de prendre l’engagement ferme d’y trouver des solutions appropriées.

Voilà un acte que tout homme qui incarne réellement des valeurs morales et spirituelles doit encourager et féliciter.

La famille biologique constitue le noyau de base qui détient les racines de tout homme et personne ne peut espérer aller bien loin sans s’assurer au préalable de soutien ferme et résolu de cette famille.

Du fait même que Faure Gnassingbé est un héritier, il doit naturellement comprendre qu’il ne serait pas Gnassingbé que jamais l’appétissante odeur du pouvoir ne serait passée par son nez.

Il était donc inconcevable qu’il néglige à ce point la famille et ses problèmes au point de la plonger dans un intolérable abîme.

Mais qu’on se fasse bien comprendre, il ne s’agit pas là d’associer la famille à la gestion du pouvoir, mais bien de s’occuper de sa cohésion, de sa survie.

Que personne ne s’avise qu’il suffit d’être Gnassingbé pour avoir d’emblée de l’ascendant sur tous les togolais. Non.

Cela dit, le Chef de l’Etat a pris une belle initiative de réunir les orphelins d’Eyadema et de leur donner de sa chaleur de grand frère. Et nous l’en félicitons.

Seulement voilà, cette initiative a laissé un goût d’inachevé !!!! Kpatcha Gnassingbé. Où est-il ? En prison.

C’est une tâche noire qu’il faudra impérativement effacer et ce, au plus tôt. Quelle que soit la raison, quelles que soient les craintes, Kpatcha Gnassingbé, fils d’Eyadema, doit retrouver sa liberté pour au moins deux raisons.

La première tient des conclusions de la Cour de Justice de la CEDEAO qui retient que le procès qui a mis Kpatcha Gnassingbé est ses coaccusés en prison a été inéquitable et que les droits de la défense ont été violés en plus des traitements inhumains et dégradants dont beaucoup d’entre eux ont été l’objet.

La deuxième raison découlant de la première exige, par simple bon sens, que Faure Gnassingbé lâche son frère car il ne saurait convaincre personne au Togo que Kpatcha Gnassingbé est encore venimeux vis-à-vis de lui, Président de la République, détenteur de tous les pouvoirs !!!!!

Le fait même qu’il y ait des brumes sur la crédibilité du procès de Kpatcha Gnassingbé empêche Faure Gnassingbé de résister longtemps par rapport à l’élargissement de ce dernier surtout que l’on est devant un peuple particulièrement accroché aux valeurs morales et spirituelles qui, elles, interdisent que les souris d’une même maison se rongent jusqu’aux os.

Vivement que la nouvelle dynamique amorcée par Faure Gnassingbé pour resouder cette famille déchirée, connaisse son épilogue avec la libération pure et simple de Kpatcha Gnassingbé et ses coaccusés dans l’intérêt bien compris de cette famille mais aussi du Togo.

Car le seul fait de savoir que la justice a été abusivement instrumentalisée dans ce dossier, jette une intolérable opprobre sur le pays dans son ensemble.

Et plus tôt le Chef de l’Etat accède à sa demande de grâce présidentielle en le libèrant, plus tôt les togolais oublieront ses pratiques nocives qui font la honte du pays aujourd’hui.

 

togoinfos

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Welcome Back!

Login to your account below

Retrieve your password

Please enter your username or email address to reset your password.

Aller à la barre d’outils