Fo Gil pète les plombs et confond compris et compromission politiques


gil_500

Connaissant bien ses méthodes légères et ses combines de femmes, tout le monde savait que la rencontre entre Faure et Fabre sur initiative de Fabre allait faire sortir le vieux père de sa tour d’ivoire.

Et bien c’est fait. Vendredi, le vieux septuagénaire a jugé impératif de sortir un communiqué pour, pense-t-il, régler ses comptes à son ancien lieutenant.

Tellement il est animé de haine, de jalousie et d’aigreur qu’il n’a pas hésité, dans son communiqué à confondre pitoyablement compromis et compromission politiques.

C’est ainsi que de façon malhonnête, le vieil amnésique subtilise la boutade très sage qui dit qu’un vieux assis voit plus loin qu’un jeune debout, pour l’adapter de force à sa cause.

Il veut ainsi dire que le fait que le Président National de l’ANC ait pris l’initiative de rencontrer Faure Gnassingbé pour lui faire part de l’urgence d’initier un dialogue politique sur les réformes en vue de dégager un compromis politique avant 2015, pouvait facilement et aisément se comparer à la compromission dont lui Fo Gil s’est rendu coupable en 2010.

Il pense ainsi que Jean-Pierre Fabre a longtemps joué au dilatoire en promettant à la population le départ imminent de Faure Gnasingbé, alors que lui, Gilchrist Olympio, fils de Sylvanius Olympio avait déjà vu clair dès 2010 pour s’allier à Faure Gnassingbé afin de sauver le Togo. Une vraie comédie.

Fo Gil feint exprès de reconnaître toute la portée malheureuse et même désastreuse que cette compromission politique dont il s’est rendu coupable a pu avoir sur la lutte politique au Togo.

Voilà donc un supposé opposant charismatique qui décide un matin, par pur souci de ventre et d’intérêt personnel de s’allier sans conditions au pouvoir qu’il a combattu pendant près de 30 ans.

Et il le fait sans état d’âme avec en échange 7 strapontins de ministères mais surtout aussi avec de consistantes valises de devises reçues à la fois en France, à Ouaga et à Lomé à l’insu de ses collaborateurs, sabotant ainsi lâchement toute la lutte politique menée au prix des vies humaines des années durant.

Que ce monsieur trouve encore l’occasion d’ouvrir sa bouche pour se défendre et même vouloir donner des leçons de conduite à ceux qui ont la lucidité et le courage de ne pas le suivre dans cette déviation moralement et éthiquement insoutenable, est sans doute une blague d’un très mauvais goût.

Le fait est qu’il est rentré tête et pied dans la compromission politique, il le sait et le peuple togolais aussi. Et plus que jamais il ne saurait se défaire de cette image qu’il s’est définitivement collée à la face.

Le prétexte malhabile qu’il croit avoir trouvé pour se venger de JPF est encore une illustration parfaite de sa légèreté propre aux enfants ou alors aux vieux séniles qui tendent vers la tombe.

Jean-Pierre Fabre a eu le mérite d’avoir secoué Faure Gnassingbé ces jours-ci, l’obligeant ainsi à sortir de sa traditionnelle torpeur pour agir d’abord en répondant en retour à la lettre, ensuite en le recevant en audience et enfin en s’engageant à ouvrir le débat sur ces réformes par le biais de son PM.

Quel fruit politique le vieux père peut-il afficher aujourd’hui de sa compromission de 2010 si ce n’est l’argent qu’il a pu engranger pour son propre compte ? Il doit se rendre à l’évidence de combien Faure Gnassingbé a réussi à l’effacer définitivement de la scène politique togolaise, et de combien sa compromission a été préjudiciable à la lutte pour l’alternance au Togo.

Sans doute qu’il se rend compte par lui-même que l’accord tacite qu’il a eu avec Faure Gnassingbé et qui imposait à ce dernier de lui céder le fauteuil en 2015, n’est plus d’actualité d’autant que le fils d’Eyadema affiche un désir dévorant de s’accrocher à ce fauteuil…

Il devient alors évident que la seule chose que Fo Gil peut encore attendre avant son dernier soupir sur cette terre, c’est les périodiques enveloppes que Faure lui fait parvenir pour ses soins et les consultations de façades que ce dernier, par pudeur, lui accorde par moment avant de prendre certaines décisions comme ce fut le cas la semaine dernière suite à la lettre JPF.

Comment un vieux de son âge peut incarner autant de naïveté, au point d’espérer, dans une illusion complète, qu’il pourrait encore se refaire une santé politique pour peu qu’il s’en prenne aussi vulgairement à ses anciens lieutenants ?

L’acte maladroit et pernicieux que le fils du premier Président du Togo a posé en 2010 est irréparable et ses conséquences sur lui ne peuvent en rien s’oblitérer quelles que soient ses gesticulations.

L’intelligence et la sagesse lui imposent donc un silence absolu et un retrait systématique de la scène politique. Tellement sa traîtrise et sa gourmandise ont été flagrantes qu’aucun togolais ne saurait encore lui accorder ni crédit, ni attention.

Il n’intéresse plus personne au Togo sauf peut-être Faure Gnassingbé qui continue de l’utiliser par moment comme un ornement qui lui sert en même temps de béquille pouvant soutenir tant bien que mal, son branlant pouvoir.

 
togoinfos
 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Welcome Back!

Login to your account below

Retrieve your password

Please enter your username or email address to reset your password.

Aller à la barre d’outils