Le Fonds mondial de lutte contre le VIH/Sida, la tuberculose et le paludisme, juridiquement installé au Togo

0
667

sida_unicef


Le VIH/Sida, la tuberculose et le paludisme sont les trois (3) pandémies que le Fonds mondial depuis sa création il de cela 10 ans s’est engagé à lutter contre ensemble avec le gouvernement togolais.
 
En témoigne mardi dernier la signature d’une subvention d’un montant de 40 milliards de franc CFA, à raison de 24 milliards pour le VIH/Sida et la tuberculose et 16 milliards pour le paludisme entre les deux (2) parties pour la période 2015-2017.
 
Afin de mener à bien ces actions et de leur assurer une réussite au Togo, un certain nombre de dispositions ont été prises, dispositions qui se sont encore traduites ce mercredi à Lomé dans les locaux du ministère des Affaires étrangères, de la coopération et de l’intégration africaine par la signature d’une convention accordant les privilèges et immunité à ladite institution.
 
Par cet accord bipartite qui va permettre non seulement à l’institution onusienne d’exister juridiquement au Togo, les autorités entendent aussi renforcer les actions de ladite organisation dans la lutte contre le VIH/Sida, la tuberculose et le paludisme au Togo.
 
« La signature de cette convention accorde un certain privilège ou exonération à l’institution au Togo. Sur le terrain, quand il y a des subventions et lors des achats de certains biens médicaux nécessaires pour la lutte contre les maladies, il se peut que des taxes ou impôts soient prélevés, ce qui pénalise du coup le projet, mais cette convention sur les privilèges et les immunités permet de donner une exonération de taxe complète et permanente sur tous ces achats et activités pour que la totalité des fonds soient utilisés sur le terrain », a expliqué la chef des affaires de lutte contre le VIH/Sida, la tuberculose et le paludisme au Fonds mondial.
 
Selon elle, cette convention qui permet non seulement de mettre à l’abri les fonds du FM de toutes confiscations et de toute saisie, comporte aussi un aspect de condition d’ordre diplomatique qui permet aux représentants et employés du FM d’exercer librement leur fonction dans le pays sans être inquiétés d’une façon quelconque.
 
Avant de réitérer l’engagement du gouvernement togolais à soutenir toutes activités visant l’épanouissement des populations, l’initiative a été saluée du côté du ministère puisqu’il concourt au renforcement de la politique sanitaire au Togo.
 
Pour mémoire, le gouvernement togolais depuis 2002 bénéficie d’importants financements auprès du Fonds mondial dans la lutte contre le VIH/Sida, la tuberculose et le paludisme au Togo.
 
Modeste K.
 
source : afreepress
 
photo illustration
 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

6 + 2 =