Accueil Interview François Boko : Je veux aider mon pays le Togo à sortir du...

François Boko : Je veux aider mon pays le Togo à sortir du statu quo dans lequel il s’est englué depuis des décennies

- Advertisement -


C’est acté !  Me François Akila-Esso Boko, ancien ministre de l’Intérieur togolais, après 14 ans d’exil, a décidé de rentrer dans son pays. Les rumeurs ont fini par devenir des clameurs, et selon les informations dignes de foi, il revient ce jeudi 28 mars. Ce retour fait la une de l’actualité, cristallise les débats. Ce qui est certain cela ne fait pas que des heureux. A part des proches, amis et soutiens, certains, bien que minoritaires ne voient pas d’un bon œil ce retour attendu. C’est notamment le cas de certains apparatchik s du régime RPT-UNIR qui usent de manœuvres, parfois rétrogrades pour dissuader l’intéressé de rentrer au bercail. Ils ont déjà fait distillé dans des pamphlets l’attaquant des contre-vérités faisant croire à l’existence d’une supposée procédure contre l’homme de Tchitchao après son départ en exil.
 
La dernière preuve qui démontre à suffisance qu’il existe une entreprise machiavélique pour empêcher ce retour et nuire à l’image de cet avocat de renom est le « sabotage » de son interview accordée à Radio France Internationale (Rfi). En effet, alors que tout concourait vers la diffusion ce lundi 25 mars 2019, de cette interview accordée à Christophe boisbouvier, l’élément audio s’est retrouvé de manière incompréhensible sur les réseaux sociaux. Pour ceux qui maitrisent un peu les arcanes de cette radio et surtout l’importance qu’elle accorde à ses éléments, qui sont en instance de diffusion, il y a de quoi se poser des questions. D’où est partie la fuite ? De l’entourage de Me François Akila-Esso Boko ou de la radio ? Nous avons exploré les deux pistes. Tout d’abord, il est moins probable que cette fuite vienne de l’entourage de l’intéressé puisqu’on sait l’importance qu’il apporte à sa communication. Et puis, il n’est pas novice dans le domaine. La semaine dernière, il avait d’ailleurs accordé une interview à la VOA à l’issue de sa tournée aux États-Unis. Bien que l’élément soit disponible plusieurs jours avant sa diffusion, personne n’y a eu accès.
 
Mais pourquoi laisser fuiter une telle interview ? Quels que soient les cas, la responsabilité de la radio est engagée pour ne pas avoir protégé son élément avant sa diffusion. Seulement, à y voir de près, c’est la crédibilité de cette chaîne, souvent taxée d’être à la solde des dictateurs, qui prend encore un coup. Il est fort probable que le régime ait réussi à amadouer certains agents de cette radio pour le sabotage de l’interview. Par ailleurs, cette situation constitue un précédent dangereux et devrait interpeller les premiers responsables de la chaîne pour qu’une petite enquête interne soit diligentée.
 
Seulement, le coup n’a fonctionné qu’à moitié, puisque l’interview qui s’est retrouvée sur les plateformes de réseaux sociaux a été abondamment commentée et repris par les médias. Nous vous proposons aussi sa transcription.
 
S.A
 
Christophe Boisbouvier : François Boko, bonjour
 
François Boko : Bonjour
 
Après 14 ans d’exil, vous vous préparez à rentrer à Lomé. Est-ce que les autorités togolaises sont prévenues ?
 
Bien sûr que oui. La décision que j’ai prise de rentrer dans mon pays après 14 ans d’exil est le fruit d’une longue réflexion qui s’est fondée sur des discussions qui ont eu lieu par émissaires interposés entre le président de la République togolaise et moi-même. Et le chef de l’Etat du Togo, suite à ces discussions, a donné son accord de principe pour un retour en toute sécurité. Cet accord de principe a été réitéré auprès des autorités françaises par son émissaire, puisque vous savez que depuis 14 ans, les autorités françaises m’ont accordé leur protection. Donc dès lors que cet accord de principe a été confirmé auprès des autorités françaises, il n’y avait pas de raison que je doute de la sincérité de la parole présidentielle. En dépit de quelques hésitations, notamment celles liées à la délivrance de mon passeport togolais, et celles liées aux modalités de sécurité.
 
Ces quelques hésitations dont vous parlez, c’est notamment la difficulté que vous avez aujourd’hui à avoir un certificat de nationalité qui vous permettra d’avoir un passeport togolais, c’est ça ?
 
Oui, l’avocat mandaté sur le terrain à Lomé attend avec impatience la délivrance de ce certificat de nationalité qui doit permettre de me délivrer un passeport. Mais ce sont des détails. L’essentiel est que le chef de l’Etat a donné son accord de principe et a confirmé cet accord de principe aux autorités françaises qui, depuis 14 ans, m’ont accordé leur protection. 

Est-ce que vous risquez d’être arrêté ?

Pour moi, l’essentiel est que le chef de l’Etat togolais a donné sa parole, et j’ai pris la décision après avoir consulté les partenaires qui, à l’époque, avaient contribué efficacement à mon exfiltration, je parle des Etats-Unis, je parle de l’Allemagne, je parle de l’Union européenne. Donc après avoir consulté ces partenaires, j’ai pris ma décision au vu de l’accord de principe que le chef de l’Etat a donné, de rentrer, au vu de la main tendue, parce que je dois avouer que le chef de l’Etat a envoyé trois émissaires me proposer un retour sécurisé.

Quelle est votre situation devant la justice togolaise ?

Aucune procédure n’est engagée à ma connaissance contre moi.

Vous rentrez un an avant la présidentielle prévue en avril 2020. Est-ce que vous avez une ambition politique ?

C’est trop tôt pour le dire. Ce n’est un secret pour personne que je nourris des ambitions pour mon pays. Elles sont légitimes. Mais est-ce que de là, je serai candidat en 2020 ? Je crois que c’était le sens de votre question. Je pense que c’est trop tôt pour se prononcer. Néanmoins, je peux vous rassurer que je ne m’interdis rien quand il s’agit de servir mon pays.

Vous savez que mon pays est englué depuis des décennies dans des antagonismes politiques qui empêchent son développement. Je veux aider à sortir de cet antagonisme permanent qui déchire la société togolaise. Je veux pouvoir aider à la réconciliation.

Et pour la présidentielle de l’année prochaine, est-ce que vous pensez que le président sortant, Faure Gnassingbé a le droit de se présenter ou pas ? C’est la question qui divise aujourd’hui au Togo.

Vous savez, pour l’instant, je ne suis pas encore dans l’arène politique. J’ai encore des obligations de réserve et je ne souhaite pas me prononcer sur cette question. En temps opportun, je donnerai mon avis, et il appartient à la classe politique toute entière, y compris le président de la République, de faire preuve de bonne volonté pour apaiser ce pays et l’amener vers la voie de la réconciliation.

Mais si la CENI n’est pas indépendante, à quoi bon faire des élections, dit l’opposition
 
Elle a raison, l’opposition. Il faut travailler pour la transparence du scrutin, effectivement cela passe par l’institution qui l’organise.
 
Pour être candidat à la présidentielle d’avril 2020, il faut avoir résidé au Togo pendant un an d’affilée avant le scrutin ; est-ce la raison pour laquelle vous souhaitez rentrer dès cette semaine ?
 
Je vous l’ai dit, il est trop tôt pour que je me prononce sur cette question. Je sais qu’ellevous tient à cœur. En tout cas, je ne m’interdis rien. L’enjeu majeur du prochain scrutin est de sortir des antagonismes stériles, des postures, l’une de conservation vaille que vaille du pouvoir, et l’autre d’opposition trop idéologique pour être stratégique. Donc mon pays a vraiment besoin de normalité politique.

Voilà plusieurs mois que vous demandez votre certificat de nationalité, vous ne l’obtenez pas. Est-ce que le pouvoir ne va pas retarder la délivrance de ce document, afin d’essayer de vous empêcher d’être candidat l’année prochaine ?

Je n’ose pas croire qu’on peut exclure du jeu politique par des méthodes d’un autre âge. Mais tout est possible. Pour moi, ce ne sont que des détails ; mais vous avez raison, utiliser ces détails pour empêcher ou faire barrage à une potentielle candidature, n’est pas politiquement élégant. L’essentiel pour moi est de rentrer au Togo en toute sécurité, de retrouver les miens et de renouer avec le peuple togolais dans ses joies comme dans ses difficultés.
 
Notre confrère togoactualités se demande si vous allez renoncer à votre confort de technocrate international pour descendre dans l’arène politique.

Confort de technocrate international, c’est trop dire. Quand il s’agit de servir mon pays, je ne m’interdirai rien. Servir mon pays est plus honorifique que tout autre confort imaginaire. Je veux aider ce pays à sortir du statu quo dans lequel il s’est englué depuis des décennies. J’estime que jusqu’à présent, je n’ai pas suffisamment rendu à ce pays ce qu’il m’a donné.
 
François Boko, merci
 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

27 + = 37

LES + LUS

Togo, Prostitution : Le mode opératoire des proxénètes de Bar à Lomé

Le phénomène de la prostitution à Lomé se repend du centre-ville aux quartiers périphériques où les bars...

Guinéen : Et Alpha Condé vit son 19 août !

photo@RFI Depuis quelques jours, la Guinée est en ébullition. Ceci, du fait de la mobilisation populaire du peuple...

Folly Satchivi : « Il y a risque que je retourne en prison »

Le mouvement « En Aucun Cas » n’entend pas laisser Faure Gnassingbé briguer un quatrième mandat au...

Politique : Me Yawovi Agboyibor recommande la recomposition de certaines institutions avant la présidentielle de 2020

Le Comité d’action pour le Renouveau (CAR) était face à la presse, mercredi 16 octobre 2019 pour...

Justice : Folly Satchivi libéré par « grâce présidentielle »

Folly Satchivi Le chef de l’État togolais Faure Gnassingbé a accordé ce mercredi, une « grâce présidentielle »...