Gerry Taama : « L’union de l’opposition togolaise n’aura jamais lieu, car les plaies sont profondes »

L’ »union » tant prônée par les leaders de l’opposition togolaise pour affronter le régime en place « n’aura jamais lieu, car les plaies sont profondes », a affirmé ce dimanche Gerry Taama, président du Nouvel Engagement Togolais (NET, opposition).

 
gerry_taama_500

« L’Union n’aura jamais lieu avec la génération actuelle, parce que les gens vivent sur des conflits qui datent de 15 ans, de 20 ans etc…. Les plaies sont tellement profondes », a souligné M.Taama lors de l’émission +Plateau de la Semaine+ sur la télévision nationale.

 

Selon lui, l’occasion « exceptionnelle » offerte à l’opposition togolaise de réaliser cette union est le conclave tenue peu avant la présidentielle d’avril dernier, remportée par Faure Gnassingbé.

 

« Les gens ont claqué les portes avant même qu’on aborde la question de la candidature unique. Avec la génération actuelle, nous continuerons seulement à faire semblant de nous réunir, car les susceptibilités et les ressentiments sont tellement profonds », a-t-il insisté.

 

« Il y a des conflits de personnes », a martelé Gerry Taama, avant de poursuivre : « Il est par exemple difficile d’envisager une collaboration sincère entre l’ANC (Alliance Nationale pour le Changement de Jean Pierre Fabre) et le CAR (Comité d’Action pour le Renouveau de Me Dodji Apévon). Ce n’est pas possible ».

 

Les leaders de l’opposition ont toujours promis — la veille des élections — à leurs militants et sympathisants de former une « union sacrée » pour affronter le pouvoir en place. La dernière tentative, celle d’avant la présidentielle d’avril dernier, a lamentablement échoué. L’opposition était sortie d’un conclave plus divisée, après des croques en jambes et des coups bas.

 

Samedi, M.Fabre (chef de file de l’opposition) avait plutôt accusé le « pouvoir » d’introduire en 2002, le mode de scrutin à un tour dans la constitution pour « diviser l’opposition ».

 

« Le problème de l’opposition, c’est le mode de scrutin à un tour. L’opposition n’a pas échoué comme le disent certains, elle est en lutte, malgré les difficultés qu’elle rencontre. Nous devons retourner au mode de scrutin à deux tours pour calmer la situation au sein de la véritable opposition togolaise », avait-il martelé lors d’un meeting à la plage. FIN

 

Junior AUREL

 
soiurce : savoir news
 




 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Welcome Back!

Login to your account below

Retrieve your password

Please enter your username or email address to reset your password.

Aller à la barre d’outils