Gerry Taama : « Notre présence au nord a un double objectif : inciter les populations à se faire recenser, et contrôler de visu, le déroulement des opérations »

Gerry-TaamaLes togolais se préparent à aller aux urnes pour les législatives et les locales dont la date n’est pas encore connue. Mais le recensement électoral a démarré depuis vendredi dernier dans la première zone qui couvre les préfectures de Kpendjal à Ogou. Dans la perspective de ces élections certains leaders de partis politiques sont déjà sur le terrain où ils sensibilisent leurs militants. C’est le cas de Gerry Taama du Nouvel Engagement Togolais (NET, opposition) à l’intérieur du pays depuis samedi dernier. Le correspondant de l’Agence Savoir News l’a rencontré à Kara (environ 420 km au nord de Lomé), après une séance de sensibilisation des militants de ce parti.
Savoir News : Vous êtes depuis le samedi dernier en tournée dans la région septentrionale du pays, quelles sont les motivations de ce déplacement ?.

Gerry Taama : Comme vous le savez, depuis sa création, le NET s’est fait le chantre de la politique de proximité. Cette tournée vise à rencontrer les populations sur le terrain. Nous avons sans aucun doute moins de ressources pour le faire aussi souvent que nous l’aurions souhaité, mais nous en gardons une certaine régularité.

Savoir News : Votre tournée coïncide avec le démarrage des opérations de recensement, est-ce un hasard ?

Gerry Taama : Bien sûr que non. Nous avons décidé d’appeler nos militants à aller se faire recenser. Quoi de plus naturel que d’être parmi eux et de relayer le message. Notre présence au nord a un double objectif : inciter les populations à se faire recenser, et contrôler de visu, le déroulement des opérations.

Savoir News : Vous avez organisé ce dimanche, deux réunions avec vos responsables de fédérations à Kara et à Baga, dans le Doufelgou. Quelle était la teneur de ces réunions ?
v
Gerry Taama : Vous savez, l’information politique est prisonnière de Lomé, elle ne va pas à l’intérieur du pays, où les médias alternatifs sont absents. Les médias officiels ne sont pas malheureusement les meilleurs relais de l’information politique diversifiée. Donc, chaque fois que nous le pouvons, nous nourrissons la culture politique de nos militants. Mais l’ensemble des échanges ont surtout portée sur le recensement. La nécessité de le faire, et les problèmes rencontrés sur le terrain. Et nous avons rencontré des délégations des fédérations cantonales de Doufelgou et de la Kozah pour cela.

Savoir News : Et quelle sont les difficultés qui vous ont été rapportées ?

Gerry Taama : es sont d’ordre technique, pour la plupart : défaillance des kits et autres soucis liés au matériel. Nous avons aussi constaté que les cartes d’électeurs étaient signées par l’ancien président de la CENI. Ce sont les +togolaiseries+ habituelles. On ne s’en formalise plus.

Savoir News : Quelles sont vos prochaines destinations ?

Gerry Taama : Dans la semaine, nous allons parcourir plusieurs préfectures du nord pour continuer à rencontrer nos militants de base, et visiter les centres de recensement. La vérité est sur le terrain.

Savoir News : Votre mot de fin.

Gerry Taama : L’opposition, en décidant de demander à ses militants de se faire recenser s’est mise dans une position délicate à double tranchant. D’une part, cautionner une activité administrative organisée par une institution dont on ne reconnaît pas la légitimité. D’autre part, être complètement absente de cette institution, donc, n’avoir aucune emprise sur l’organisation de cette opération pourtant capitale à la crédibilité des échéances futures. Il nous sera difficile, si nous ne faisons pas preuve d’une vigilance accrue pendant toute l’opération, de remettre en cause les résultats de ce recensement. C’est ce que nous avons dit à nos militants. S’il y a des fraudes, il faut les relever immédiatement sur le terrain pour nous permettre de faire des recours. Cependant, en se comportant ainsi, l’opposition dans son ensemble montre qu’elle est disposée à la concertation et à l’ouverture. Il revient aux partis de la coalition gouvernementale de faire aussi preuve d’un véritable intérêt pour la sauvegarde de la concorde, de la paix sociale et d’un réel développement du Togo. FIN

Propos recueillis par Assinam PITOKO

savoirnews