Grogne à Café Informatique : Les employés entrent en grève à partir de demain

0
1550
Jean-Marie NOAGBODJI, PDG de CAFE INFORMATIQUE

L’une des plus grandes structures des Technologies de l’information et de la communication (TIC), Café Informatique et Télécommunications, est dans de beaux draps. Les travailleurs se sentent lésés. Le Collège des délégués et du personnel a déposé, vendredi dernier, un mot d’ordre de grève sur la table de la direction générale.

Non-paiement des salaires depuis le mois d’octobre 2018, conditions de vie de plus en plus difficile des employés et leurs familles, suspension de l’assurance Maladie ASCOMA, suspension du 13ème mois ; voici donc les éléments qui pourrissent la vie des employés qui, exaspérés par la situation délétère, ont décidé de recourir à la grève.

« Par la présente et conformément à l’art. 269 du Code du travail, nous, le collège des délégués, vous informons que nous lançons un Mot d’Ordre de Grève des salarié-es de CAFE Informatique & Télécommunications du 14 Avril 2020 au 20 Avril 2020 », lit-on dans la lettre envoyée au Président Directeur général de Café Informatique et Télécommunications.

Cette grève, précise la note, concerne l’ensemble des salariés de cette boîte (ceux dont la présence est requise à CAFE, ceux qui sont en Télétravail ainsi que ceux qui ont été mis en congé). Et elle est reconductible s’il n’y a pas satisfaction aux revendications.

Parlant justement des revendications, les employés réclament le paiement régulier des salaires conformément à l’art. 127 du code du travail : la Direction devra préciser au personnel la date de la reprise effective et régulière du paiement des salaires par un écrit signé, le paiement de deux mois de salaire au personnel de CAFE Informatique afin de lui permettre de faire face à la situation sanitaire que traverse notre Pays et le Monde, actuellement, l’amélioration des conditions de travail et l’implication effective du collège des délégués dans chaque prise de décisions concernant le personnel de CAFE Informatique & Télécommunications.

Par ailleurs, le collège des délégués et du personnel accuse le premier responsable de l’entreprise de se la couler douce avec sa famille, pendant que les travailleurs tirent le diable par la queue. « Dans le contexte actuel de la pandémie du Covid-19, une partie du personnel a été mis en congé, sans rien leur payer pour qu’ils fassent face à cette pandémie. Ceux qui sont sous contrat CDD et les stagiaires ont été relâchés sans les avoir payé », indique l’un des délégués.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

4 + 2 =