Accueil DIASPORA HCTE : Quand la zone Afrique mérite ses 45 sièges

HCTE : Quand la zone Afrique mérite ses 45 sièges

- Advertisement -

Les inscriptions en vue de l’élection du bureau du Haut Conseil des Togolais de l’Extérieur (HCTE) ont démarré depuis le 15 juillet, annonce officiellement faite par le ministère togolais des affaires étrangères, de l’intégration africaine et des Togolais de l’extérieur.

La mise en place d’un Haut Conseil pour les Togolais de l’Extérieur est l’une des recommandations phares ayant sanctionné les grandes assises de la diaspora togolaise tenues en 2014 à Paris, Montréal et Lomé.

Au total 77 délégués seront élus par les votants dûment inscrits, avant le 15 août prochain.

Et les délégués sont répartis dans quatre zones : Afrique (45 représentants), Europe (19 représentants), Amériques (6 représentants) et Asie-Océanie (7 représentants).

Mais le quota affecté à la zone Afrique (45 représentants) fait grincer les dents et suscite assez de commentaires notamment sur les réseaux sociaux. D’aucuns — surtout ceux crient haro sur le HCTE — dénoncent une complaisance dans le quota attribué à la zone Afrique.

45 sièges bien mérités

La zone Afrique mérite bel et bien ses +45 sièges+, au regard des chiffres officiels des transferts de fonds de la diaspora vers le Togo. Selon la Banque mondiale, 427 millions dollars US sont rentrés au pays en 2015. Et le tableau montrant l’origine des transferts de fonds vers le Togo, affiche le Ghana en première position avec 25,8% des transferts.

Viennent ensuite le Nigeria (22%), la France (10,3%), la Côte d’Ivoire (9,8%), le Bénin (7,3%), le Gabon (6,6%), l’Allemagne (5,9%), le Burkina Faso (2,3%), l’Italie (1,9%), la Belgique (1,6%).

Sur les cinq premiers pays, on note quatre pays africains avec un total de 67,1%, sans oublier les autres pays africains.

Précisons que le projet de création du HCTE avait déjà suscité des déclarations de certains regroupements de la diaspora togolaise, des affirmations jugées « biaisées et erronées » par le ministère des affaires étrangères.

Mise au point du ministère

Selon le ministère, la mise en place du HCTE s’inscrit dans la vision du gouvernement, celle d’œuvrer au renforcement de la politique du Gouvernement à l’endroit de la diaspora togolaise. Cette initiative vise l’amélioration de la communication et des relations entre le Gouvernement et la diaspora.

Le HCTE sera un organe consultatif de statut associatif, non partisan, non discriminatoire et à but non lucratif. Il ne sera affilié à aucune obédience confessionnelle, philosophique ou politique.

En outre, le projet du Haut Conseil des Togolais de l’Extérieur vise, entre autres, à rassembler tous les ressortissants togolais résidant à l’étranger sans distinction d’origine régionale, ethnique, religieuse, sociale, de sexe et de profession ou d’opinion, à promouvoir partout la défense de leurs droits et intérêts, à favoriser et à valoriser la contribution des Togolais de l’extérieur dans tous les aspects du développement économique, environnemental, social et culturel, à assurer la participation active de la diaspora aux affaires publiques du Togo et à apporter les secours nécessaires aux Togolais de l’extérieur en situation difficile. FIN

Edem Etonam EKUE

source : savoir news

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

44 − = 40

LES + LUS

Présidentielles en 2020/ Togo-Guinée-Côte d’Ivoire : Trois pays à risques

photo@L'Alternative  La période 2020-2021 verra une concentration d’élections présidentielles en Afrique de l’Ouest. Une demi-douzaine de pays...

Education et œuvre sociale : Le Lycée d’Ahépé aura un centre d’écrit de Bac2, grâce au groupe Dunenyo

Kokou Didier Agbemadon Dès l’année prochaine, les futurs bacheliers d’Ahépé, une localité située à plus de 70...

Préparation à 2020; Pouvoir et opposition : état des lieux … . De pseudo prophéties sur l’alternance

Les soucis du commun des Togolais sont sans doute loin de ces considérations. Où trouver les moyens pour...

Police fiscale de lutte contre le financement du terrorisme La mise en place de l’arsenal de répression se poursuit

Le ministre de la Insécurité et la NonProtection civile le « général » Damehame Yark | Photo : DR

Convention d’investissement avec MM Mining : Fer, manganèse, bauxite, chromite, etc. concédés contre quel chemin de fer ?

De la gauche vers la droite Le ministre Adedze et les députés Aka Jacqueline et Kodjo Djissenou lors de la...