« Il faut plus de temps pour l’organisation des élections locales », indique Gilbert Bawara

0
641

bawara_500

Le gouvernement aura besoin de plus de temps pour l’organisation des élections locales. C’est l’avis du ministre de l’Administration Territoriale, de la Décentralisation et des Collectivités Locales, Gilbert Bawara.

 

Deux semaines après la polémique sur la volonté des autorités d’aller vers un partage des collectivités locales entre le pouvoir et l’opposition, M. Bawara a choisi de se prononcer sur cette rumeur à travers les ondes de deux radios privées de Lomé.

 

Reçu dimanche sur Nana Fm et ce lundi sur radio Victoire Fm, l’actuel ministre de l’Administration Territoriale, de la Décentralisation et des Collectivités Locales a fait le serment que les élections locales auront lieu, cependant, a-t-il relativisé, « le gouvernement ne sera jamais dans l’improvisation et dans la précipitation ».

 

« L’objectif c’est d’accélérer le rythme pour aller vers les élections locales. Mais c’est d’aller de manière méthodique, c’est d’élaborer une feuille de route listant clairement la manière et le cadre logique pour avancer vers la décentralisation et se doter également d’un calendrier avec des étapes concrètes. Que cela se passe dans un mois, dans deux mois ou dans six mois, l’essentiel c’est qu’au lendemain de la mise en place de ces collectivités locales, elles puissent fonctionner », a-t-il martelé.

 

Le gouvernement ne souhaite pas avancer « tête baissée » vers des élections comme si c’était une fin en soi. Il veut au contraire « s’arrêter », « réfléchir » et « regarder ce que prévoit la loi ».

 

« Regarder les réalités togolaises et le contexte togolais en face », bref jauger les capacités du pays, a fait savoir natif de Siou.

 

 Y a-t-il un projet de partage des collectivités locales avec les formations de l’opposition et le parti au pouvoir?

 

 Le ministre répond par la négative à cette question et met cette rumeur sur le compte des rivalités entre les regroupements de l’opposition qui selon lui, cherchent à se détruire mutuellement.

 

« Mes valeurs et mes convictions ne me permettent pas de me livrer au dénigrement, je dirai aux affabulations. Malheureusement nous avons dans notre pays des regroupements de partis politiques qui ont été créés non pas parce qu’ils ont une vision et des objectifs pour notre pays et l’ensemble des populations, mais parce qu’ils cherchent à se démarquer les uns des autres. Et c’est dans ce jeu un peu malsain que se livrent certains regroupements qui fabriquent de temps à autres de fausses informations », a-t-il fustigé.

 

 Vingt sept (27) ans après les dernières élections locales, le gouvernement togolais fait face à des pressions de ses partenaires en développement ainsi que de son opposition en vue de l’organisation de nouvelles.

Olivier A.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

+ 65 = 75