Il tient son premier diplomate plénipotentiaire.

0
2603

Par togoscoop.info

Il l’avait annoncé quelques heures plus tôt ce mardi à travers un tweet. La nomination prochaine des ambassadeurs. Et bien c’est fait. Agbéyomé Messan KODJO celui qui se considère comme le vainqueur de la dernière présidentielle vient de mettre son annonce à exécution en nommant son premier diplomate.

C’est le géant Nigeria qui aura le privilège de recevoir ce premier diplomate de la Dynamique Mgr KPODZRO.  Et la personnalité nommée a pour nom Anani K. Nestor KOUNAKE.

La mission assignée à ce diplomate qui pour l’heure est inconnu de la population togolaise est de « plaider la cause du Togo auprès de la communauté internationale afin qu’elle soutienne le peuple togolais dans sa quête de liberté et de justice », selon la feuille de route que le chef de l’Etat autoproclamé en exile lui a confié.  Nul n’ignore la place du Nigeria au sein de la communauté ouest africaine et dans la diplomatie ouest africaine. Cette place stratégique du Nigeria aurait certainement motivée le choix du premier diplomate plénipotentiaire de KODJO dans le pays de Muhammed BUHARI. Maintenant reste à savoir si le diplomate de KODJO se rendra effectivement dans le pays et quelles seront ses marges de manœuvres quant on sait que des ministres précédemment nommés au sein du gouvernement KODJO sont demeurés amorphes tout comme d’ailleurs le candidat proclamé par la Cour constitutionnelle (Faure GNASSINGBE) qui depuis six mois n’a pas daigné former son équipe gouvernementale malgré les enjeux de l’heure.  Ailleurs,  KODJO quoique vivant dans la clandestinité met en place son exécutif, preuve que ce fils de Tokpli réputé grand bosseur est prêt à tourner la page de la gouvernance du pays s’il avait les coudées franches. D’ailleurs c’est la première fois dans l’histoire électorale du pays qu’un candidat malheureux tient tête au pouvoir en place en défendant cette ligne de conduite qui consiste à mettre sur pied  un gouvernement bis.

Se considérant comme vainqueur du scrutin, KODJO a laissé entendre que des émissaires du président sortant l’ont approché aux fins de mendier une reconnaissance apocryphe à coup de milliards, l’octroi d’un poste de Premier ministre et l’arrêt des poursuites judiciaires anormalement engagés contre lui. Proposition qu’il a refuse estimant que sa « légitimité issue des urnes est attestée d’une part par le camp présidentiel défait et d’autre part par les suffrages obtenus.

Jusqu’où l’ancien Premier ministre est prêt à aller ? That’s the question.

source : Albert AGBEKO / togoscoop.info

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

+ 43 = 44