Intensification des activités djihadistes au Burkina Faso : La crainte d’une contagion au Togo

0
1120
photo@archives / illustration
photo@archives / illustration

La pression djihadiste dans le sud du Burkina Faso fait craindre un débordement vers la région des Savanes au Togo.

La pression djihadiste s’intensifie dans le nord. L’information émane de la chaîne francophone TV5MONDE. Dans un document diffusé au début du mois, la chaîne évoque les risques de débordement des attaques djihadistes du Burkina vers le Togo. « Dans le nord du Togo, indiquent les confrères, le calme est relatif. Les habitants peuvent encore vivre normalement, mais ils le savent, le danger est très proche ».

Cette information ne surprend guère, mais elle doit plutôt constituer une alerte à la vigilance. La première raison est la volonté expansionniste des organisations terroristes qui sévissent à travers le monde et qui, du fait de la pauvreté des populations africaines, y ont élu domicile à partir de l’Orient. Il y a quelques années, en dehors du Nigeria, l’Afrique de l’Ouest était relativement épargnée par les attaques terroristes. Ce qui n’est plus le cas avec les incessantes actions des djihadistes au Niger, au Burkina et au Mali.

La deuxième crainte réside dans la sécurisation même des frontières entre le Burkina et le Togo. Si ce dernier pays n’a pas encore enregistré d’attaques terroristes, il n’en demeure pas moins évident que les frontières entre les deux pays sont poreuses. Dans la région des Savanes, frontalière du Burkina Faso, les passages sont innombrables, même si le Togo a opté pour une présence massive des forces de défense et de sécurité dans la zone.

G.A. / Liberté Togo

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

21 − = 18