Accueil Interview Interview de David Kpelly : « Je ne tire aucun plaisir à...

Interview de David Kpelly : « Je ne tire aucun plaisir à noircir le Togo, j’écris ce que je vois. »

- Advertisement -
David Kpelly

Togolais résidant ici au Mali depuis plus de dix ans, David Kpelly est l’un des auteurs les plus engagés du Togo, s’il n’est le plus engagé. Connu pour son activisme pro-démocratie et son opposition farouche au régime cinquantenaire togolais, David Kpelly vient de sortir un nouveau livre intitulé « Le Général ne vit pas d’amour ». Maliba News lui a tendu le micro pour qu’il nous parle un peu de ce livre au titre très évocateur.

Maliba News: David KPELLY, bonjour. On n’a plus besoin de vous présenter au public togolais. Vous êtes togolais vivant au Mali, écrivain, blogueur, activiste et enseignant dans des grandes écoles de gestion et de management du Mali. Vous venez de sortir un nouveau livre, un recueil de nouvelles dont le titre est « Le Général ne vit pas d’amour ». Peut-on savoir donc de quoi vit le général ?

David Kpelly : Merci à votre journal de cette opportunité. « Le général ne vit pas d’amour » est le titre d’une nouvelle, la quatrième et la plus longue, du recueil. C’est un texte qui décrit un bref retour au pays, le Togo, d’un jeune auteur togolais vivant en exil au Mali depuis six ans, et qui découvre sur place le tableau chaotique et alarmant qu’il a fui. « Le Général ne vit pas d’amour » est donc la maxime principale qui traverse tous les textes du recueil, où on se retrouve dans des situations où les personnages sont empêchés, soit par des corps habillés, soit par n’importe quel détenteur d’un pouvoir quelconque, de vivre en toute quiétude leur vie et leurs rêves.

Maliba News : Se retrouve-t-on donc, une fois de plus, en face d’un livre où David KPELLY peint un Togo sombre et apocalyptique ?

David Kpelly : Vous savez, je pratique ce qu’on peut appeler une écriture réaliste. C’est-à-dire que je fais de la fiction, mais en m’inspirant beaucoup de la réalité. Et vous convenez avec moi que le pays que je connais le mieux au monde est le Togo. On ne peut donc pas, je pense, me faire un procès si chaque fois que je me mets à table pour écrire, c’est le Togo qui me vient en premier. Je ne tire aucun plaisir à noircir le Togo, j’écris ce que je vois.

Maliba News: Quand on parcourt les six nouvelles qui composent le livre, on retrouve des personnages désespérés ou mutilés ou même assassinés pour rien. Par exemple le mari de Vicencia, la jeune mère célibataire de la première nouvelle, qui a été tué étant étudiant, ou un jeune homme, dans la cinquième nouvelle, qui a été éborgné. Ce tableau d’apocalypse, est-ce vraiment le Togo d’aujourd’hui ?

David Kpelly : Vous êtes très bien placé, étant journaliste, pour savoir que je n’exagère dans aucune de ces nouvelles, même s’il s’agit de textes de fiction. Je dois quand même rappeler que la cinquième nouvelle « Lettre à un frère éborgné », n’est pas de la fiction. C’est un drame qui s’est déroulé en septembre 2017 à Lomé. Les lecteurs comprendront quand ils auront lu le texte.

Maliba News: Vous assumez donc le titre d’ « écrivain engagé » qu’on vous donne partout dans la presse et dans l’opinion ?

David Kpelly : J’utilise mes mots pour participer à l’éradication d’un mal qui nous ronge depuis plus de cinquante ans : une dictature violente, stérile et effrontée. Je ne me leurre pas : ce ne sont pas mes articles et mes livres qui feront plier une dictature militaire où l’écrasante majorité ou même la quasi-totalité des ténors ne lit même pas. Mais je me dis que ce que je peux faire, entre autres, devant ce drame commun, c’est dire ce que je vois et pense. Et c’est ce que je fais.

Maliba News: Arrêterez-vous donc d’écrire quand le régime actuel, notamment Faure Gnassingbé, va quitter le pouvoir ?

David Kpelly : Je n’ai pas décidé de devenir écrivain à cause du régime des Gnassingbé. Ils ne déterminent donc en rien ce que je fais ou ferai. Je continuerai d’écrire après eux. Et il n’y a rien qui dise que j’écrirai toujours contre des régimes quels qu’ils soient. La littérature est autre chose que cela.

Maliba News: Où peut-on trouver ce livre ici à Bamako, à Lomé ou ailleurs en Europe ou en Amérique ? Et à quel prix ?

David Kpelly : A Lomé, le livre est disponible à la librairie des Editions Awoudy à Adidogomé au prix de 5 000 FCFA. A Bamako, il est dans plusieurs librairies dont la librairie des Editions La Sahélienne, La Librairie du Grand Hôtel Azalai… Pour les lecteurs sur les autres continents, le livre sera sur des sites de vente en ligne dans quelques semaines.

Maliba News: Merci, David KPELLY, d’avoir répondu à nos questions. Avez-vous un dernier mot pour les lecteurs et au peuple togolais ?

David Kpelly : Au peuple togolais je dis juste courage. Ne baissons pas les bras. C’est à travers la détermination et surtout la sincérité que nous arriverons à bout de ce cancer qui nous gangrène depuis un demi-siècle. Je dis merci à toute l’équipe du journal Maliba News.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

+ 58 = 60

LES + LUS

2020 et problématique de l’alternance : Fébrilité sur fond de paranoïa du pouvoir RPT/UNIR

C’est une constante, le régime cinquantenaire en place est allergique à la démocratie et à l’alternance. Avec l’imminence de la présidentielle de 2020 et...

Barrage au mandat de trop : Le réveil des Guinéens, le sommeil des Togolais

photo@africatu Le peuple guinéen occupe l’actualité en Afrique occidentale. Déterminé à faire barrage à un 3e mandat d’Alpha Condé, il...

Justice et satisfaction des revendications : Les greffiers sont-ils des sous-agents de l’Etat togolais ?

Les suites du projet de loi du 11 décembre 2015 se font toujours désirer ! Le ministre de la Justice Pius...

Contractualisation de la morgue du CHU-SO : Les familles éplorées exploitées par rapport à l’ancien système

Exemples des CHU Sylvanus Olympio et CHR Lomé Commune Le système de contractualisation, une trouvaille...

Démolition du bar-restaurant « Air Bus One » sis à Gbossimé Les magouilles de Fogan Adégnon au profit de dame Binga Joséphine

Depuis quelques années, les discours officiels à l’endroit de la diaspora togolaise ont évolué. De plus en plus, un appel leur est lancé à...