Interview Jean-Pierre Fabre : « Si le pouvoir nous démontre qu’il ne veut pas entendre, le langage qu’il faut lui parler on le lui parlera»


fabre_05032014

De retour d’une tournée à l’intérieur du pays, Jean-Pierre Fabre, le président de l’Alliance nationale pour le changement (ANC) aborde certains sujets d’actualité dans cette interview qu’il nous a accordée. La marche du 26 avril 2014, ses relations avec les autres leaders de l’opposition sont entre autre sujet abordé. Lecture…

TOGO ACTUALITE : Vous venez d’effectuer une tournée à l’intérieur du pays, quelles conclusions en tirez-vous du contact avec la population de nos villages ?

Jean-Pierre FABRE : Les conditions minimales ne sont pas assurées aux populations et surtout je reviens inlassablement sur l’absence d’eau potable dans la plupart des localités que nous avons visitées et ça c’est déplorable pour notre pays. Il faut très rapidement mettre en place un programme pour assurer à nos populations au moins l’eau et bon, nous ne parlons pas des écoles, des infrastructures sanitaires, les routes, … Il y a beaucoup à faire et je crois que nous avons beaucoup du travail. C’est l’impression générale que tout ça me laisse.

TOGO ACTUALITE : Samedi le CST appelle à une grande marche, quel est le message que vous allez adresser à la population par rapport à cette marche ?

Jean-Pierre FABRE : D’abord, les populations togolaises doivent participer massivement à cette manifestation et nous les invitons parce qu’il faut démontrer au pouvoir en place que les populations sont favorables dans leur grande majorité à la tenue du dialogue et aux réformes institutionnelles et constitutionnelles en vue des élections et donc les populations doivent participer et nous le message que nous adressons c’est qu’on dit en politique « la lutte populaire est invincible ». Les populations doivent jouer leur partition, nous ne pouvons rien sans les populations. C’est elles qui nous donnent la force que nous avons donc elles doivent se mobiliser derrière les mots d’ordre que nous lançons.

TOGO ACTUALITE : D’aucun pense que vous auriez pu de nouveau saisir le chef de l’Etat ?

Jean-Pierre FABRE : Non ! Il y a le langage que le pouvoir comprend et le langage qu’on lui tient. Nous avons, c’est vrai, jugé à un moment donné d’aller rencontrer le chef de l’Etat, je crois que c’est une bonne chose pour que les gens sachent que nous ne négligeons rien. Les démarches que nous avons à faire en direction du pouvoir nous le faisons. Maintenant si le pouvoir nous démontre qu’il ne veut pas entendre il y a le langage qu‘il faut lui en parler et le langage qu’il faut lui parler on le lui parlera et après on verra. Nous n’avons pas fermé la porte, personne ne nous a pas indiqué qu’il fallait aller rencontrer le chef de l’Etat avant que nous l’allions.

TOGO ACTUALITE : Quelle est l’ambiance entre vous et les autres leaders politiques ?

Jean-Pierre FABRE : Je souhaite qu’il y ait une bonne ambiance c’est pour ça que moi je ne réponds jamais aux critiques dont je suis l’objet, critiques dont la plupart sont infondées. Bien, quand on fait de la politique, il faut accepter d’être critiqués. Nous ne répondons pas publiquement parce que je pense qu’à un moment donné, nous allons devoir nous retrouver et pour laisser la chance à ces retrouvailles, il ne faut pas il ne faut pas répondre, il ne faut pas ajouter ou entretenir la polémique c’est pour ça que nous ne disons rien. Je pense nous nous sommes préoccupés par les retrouvailles entre les partenaires de l’opposition.

TOGO ACTUALITE : Quand selon certains de vos partenaires de l’opposition, M. Fabre, vous n’êtes pas un rassembleur ?

Jean-Pierre FABRE : Je crois que le fait que je ne ¨réponds pas aux critiques qu’on m’adresse montre que je fais un effort pour que l’opposition soit unie. Vous savez il y a des gens qui disent on doit se réunir et puis dans le même temps, ils disent des choses qui empêchent l’union et qu’est-ce que vous voulez que moi je fasse. Ce n’est pas celui qui cri union ! union ! union ! qui est favorable à l’union mais celui qui fait des efforts pour que cette union se réalise qui est le plus favorable peut être à cette union et donc moi il y a trop de bavardage et puis la politique, la politique, beaucoup de choses ne doivent pas se dire sur la place publique. J’ai dit tout à l’heure mais c’est que je n’ai pas voulu sciemment développer, le plan B ne se développe pas sur les médias. Un plan B par nature est un plan qui est caché puisqu’il est un plan B, il est caché non ? Et pourquoi on n’en parle sur les médias.

 
lomévi (www.togoactualite.com)
 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Welcome Back!

Login to your account below

Retrieve your password

Please enter your username or email address to reset your password.

Aller à la barre d’outils