Interview de Nicodème Habia : « Il n’y a pas un problème entre Jean-Pierre Fabre et moi »


nicodeme-habia_anyron


Nicodème Ayao Habia a été aperçu au cours des dernières manifestations de CAP 2015 aux côtés de Jean-Pierre Fabre, un homme qu’il a combattu il y a seulement quelques mois alors qu’il était au sein de l’Union des Forces de Changement (UFC). Que s’est-il entre-temps passé ? Est-ce le signe d’un véritable rapprochement entre ces anciens héritiers politiques de Gilchrist Olympio ? Quelle est l’analyse de l’ancien de député de l’Avé sur le débat qui a lieu autour des réformes constitutionnelles et institutionnelles ?Voilà autant de questions que l’Agence de Presse Afreepress a posées dans cette interview à M. Habia.
 
Afreepress : Bonjour Honorable Nicodème Habia, parlez-nous de votre association APDHDS.
 
Nicodème Habia : Comme vous le savez tous, cette association a été créée depuis 2008. Ça fait donc des années que nous sommes sur le terrain du social et du développement. Pour cette année, nous avons accompli beaucoup d’activités sur le terrain des Droits de l’Homme. Je puis vous dire que nous avons fait beaucoup d’activités sur le terrain du social et du développement.
 
Afreepress : Qu’avez-vous concrètement fait comme activités ? Citez-nous en quelques unes.
 
Nicodème Habia : L’association est intervenue surtout dans ma préfecture (préfecture de l’Avé), parce que c’est aussi une question de moyens. Nous nous sommes battus pour régler les problèmes d’eau. Nous nous sommes également battus pour qu’un des villages ait un CEG et un dispensaire. C’est grâce à notre association que cela a été rendu possible.
 
Nous sommes également sur le terrain des Droits de l’Homme et nous nous battons contre la violation des Droits de l’Homme. Ce sont là quelques actions que nous avons pu réaliser au cours de cette année.
 
Afreepress : Sur le plan politique, Habia a été aperçu aux côtés de Jean-Pierre Fabre au cours de la dernière manifestation du CAP2015. Est-ce la réconciliation entre les fils politiques de Gilchrist Olympio ?
 
Afreepress : Ecoutez, il n’y a pas une division entre Fabre et moi. Il n’y a pas un problème entre nous. Si vous m’avez vu à la marche conjointe des ODDH et de CAP2015, c’est juste pour l’intérêt de la nation. C’est pour l’intérêt général parce que c’est un combat général que nous sommes en train de mener. C’est pour cela que vous m’avez vu à la marche des ODDH la fois dernière.
 
Afreepress : Pour les élections de 2015. Entre Jean-Pierre Fabre et un autre candidat, entre Jean-Pierre Fabre et Alberto Olympio, lequel des deux Nicodème Habia pourrait soutenir ?
 
Nicodème Habia : Je travaille actuellement avec la société civile. Je travaille avec les ODDH. Le moment venu, c’est le peuple ou du moins, mes militants qui me diront quel candidat choisir, sur qui porter ma voix.
 
Afreepress : Nous savons tous que vous avez été entre-temps en aventure avec Djimon Oré, que vous avez été approché par le Parti des Togolais d’Alberto Olympio. Quelle est aujourd’hui la nature de votre relation avec ces deux personnes?
 
Nicodème Habia : Nous sommes tous des Togolais. Nous ne sommes pas des ennemis ou adversaires. Je suis proche de tous les partis politiques et on se bat tous pour l’intérêt supérieur de notre pays. Donc il n’y a pas de problème. Je n’ai pas de problème avec ces gens et leurs partis, non, pas du tout.
 
Afreepress : L’année 2014 s’achève. Quels vœux avez-vous pour les Togolais ?
 
Nicodème Habia : A chaque fin d’année, on a l’habitude de dire : « santé », « succès », pour la nouvelle année. Mais c’est aux gouvernants d’assurer une bonne santé au peuple. Faure Gnassingbé a dit dans ce pays que c’est une minorité qui s’accapare des richesses du pays. Et si cette minorité va continuer par piller ce pays, je ne vois pas comment on peut souhaiter une heureuse année au peuple togolais. Ce qui m’importe aujourd’hui c’est que ça change au sommet pour que les Togolais puissent manger à leur faim parce que les Togolais n’arrivent pas à manger à leur faim. Il y a trop de problèmes dans le pays. Il y a des problèmes au niveau de la justice, ça ne va pas dans notre pays. C’est la raison pour laquelle nous nous battons pour qu’il y ait des réformes, pour qu’il y ait l’alternance pacifique dans notre pays.
 
Afreepress : Vous avez récemment appelé le président national de l’UFC, Gilchrist Olympio à mettre fin à l’accord conclu avec UNIR. Un accord que vous avez pourtant soutenu pendant longtemps. Que peut-on comprendre de cette démarche ?
 
Nicodème Habia : Si tu es homme, il faut savoir quand il faut dire oui et quand il faut dire non. Lorsque j’étais à l’UFC, j’étais celui qui a toujours demandé à M. Gilchrist Olympio de revoir son accord avec le régime en place. Je réitère ma position et je continue de demander à M. Gilchrist Olympio de revoir son accord avec Faure Gnassingbé parce que ça va contre l’intérêt national, ça va contre l’intérêt de notre peuple et je suis le premier à déclarer en 2011 que Faure Gnassingbé ne doit plus se représenter pour une 3e fois aux élections.
 
Propos recueillis par Eric Kponsou
 
source : afreepress
 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Welcome Back!

Login to your account below

Retrieve your password

Please enter your username or email address to reset your password.

Aller à la barre d’outils