Jean Pierre Fabre : « Nous avons expliqué au chef de l’Etat les raisons pour lesquelles l’Assemblée nationale n’est pas le cadre appropriés pour les discussions sur les réformes »


fabre_faure

Jean-Pierre Fabre, le chef de file de l’opposition togolaise a été reçu à sa demande ce mercredi à la présidence de la République par le chef de l’Etat Faure Gnassingbé. Les discussions qui se sont déroulées dans une ambiance cordiale empreinte de respect mutuel ont tourné autour des réformes institutionnelles et constitutionnelles. A l’issue de cet entretien Jean Pierre Fabre s’est confié à la presse. Voici ce qu’il a déclaré…

Vous venez de rencontrer le chef de l’Etat, de quoi avez-vous discuté ?

Nous avons été reçus par le chef de l’Etat à ma demande. Nous avons souhaité exprimer, expliquer au chef de l’Etat les raisons pour lesquelles l’Assemblée nationale, à notre sens ne peut être le cadre approprié pour le dialogue, des discussions politiques préconisées par l’Accord politique global en vue des réformes institutionnelles et constitutionnelles nécessaires à l’organisation d’élections libres, équitables, transparentes et démocratiques dans notre pays. Nous avons eu des échanges avec le chef de l’Etat à l’issue des échanges un mémorandum qui récapitule notre position lui a été remis et le chef de l’Etat nous a demandé de poursuivre les discussions avec le premier ministre puisque le Premier ministre nous a invité à des discussions la semaine prochaine.

Vous avez eu une oreille attentive ?

Les sujets que nous sommes venus discuter avec le chef de l’Etat sont des sujets assez sérieux, et les discussions ont eu lieu dans une ambiance …

Quel est le point essentiel de votre mémorandum ?

Nous avons expliqué dans le mémo les raisons pour lesquelles l’Assemblée nationale ne peut être le lieu de débat sur les réformes.

Quelles sont ces raisons ?

Il y a vous savez l’Assemblée nationale est le lieu de la loi de la majorité or l’Accord politique global préconise le consensus.

Vous avez eu l’occasion de dire au Président de la République de ne pas se présenter en 2015 ?

Non ! Ce n’est pas le sujet quand le moment viendra on le dira. Nous avons saisi l’occasion pour exprimer au chef de l’Etat certaines préoccupations au chef de l’Etat s’agissant notamment des jeunes qui sont détenus à la gendarmerie dans le cadre des incendies des marchés.

Et qu’est ce qu’il a dit ?

Il verra.

 
lomévi (www.togoactualite.com)
 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Welcome Back!

Login to your account below

Retrieve your password

Please enter your username or email address to reset your password.

Aller à la barre d’outils