Jocelyne Caballero officiellement ambassadrice de la France au Togo : Faire mieux que les prédécesseurs

0
486
Jocelyne Caballero
Jocelyne Caballero

Réussir là où les autres ont lamentablement échoué. La nouvelle ambassadrice de la République française au Togo, Mme Jocelyne Caballero, officiellement nommée le 10 septembre 2020, aura le défi de contribuer à mettre le Togo sur le chemin de la véritable démocratie.

L’information a été confirmée ce 12 septembre 2020. Mme Jocelyne Caballero a été nommée ambassadrice de France au Togo. Le décret du 10 septembre 2020 portant nomination d’une ambassadrice extraordinaire et plénipotentiaire de la République française auprès de la République togolaise, a été publié au Journal officiel de la République française. « Le Président de la République, sur le rapport du Premier ministre et du ministre de l’Europe et des Affaires Etrangères, vu la Constitution, notamment son article 13 ; le conseil des ministres entendu, décrète : Article 1. Mme Jocelyne CABALLERO, conseillère des affaires étrangères hors classe, est nommée ambassadrice extraordinaire et plénipotentiaire de la République française auprès de la République togolaise, en remplacement de M. Marc VIZY, appelé à d’autres fonctions », lit-on dans le décret pris par Emmanuel Macron.

C’est la fin officielle de la mission de Marc Vizy en terre togolaise. Mme Jocelyne Caballero prendra ses fonctions dans les jours qui viennent. Et dans l’inconscient des Togolais, on souhaite vivement que les prochaines années ne soient pas identiques à celles vécues depuis 2017. En effet, de nombreux défis attendent la nouvelle ambassadrice de France au Togo. Dans un contexte marqué par une concurrence farouche des puissances économiques dont la Chine, la France doit se refaire une nouvelle image plus rayonnante si elle veut assurer la pérennité de ses intérêts, dans tous les pays où elle est représentée.

Depuis des décennies, la nomination d’une nouvelle personnalité à la tête de la représentation diplomatique de la France au Togo suscite des questionnements, mais aussi des aspirations légitimes. A l’instar des pays africains dont les citoyens aspirent toujours à une véritable démocratie, le défi est de taille. Et pour cause, le Togo est le seul pays de la CEDEAO à souffrir d’un déficit démocratique sans pareil. En Afrique de l’Ouest, il est le seul Etat dirigé depuis plus d’une cinquantaine d’années par une seule famille qui ne montre, de surcroit, aucun signe d’ouverture. Par conséquent, l’attente du peuple togolais vis-à-vis de la nouvelle ambassadrice se situe sur le plan politique. C’est assurément là que Mme Jocelyne Caballero doit être plus efficace que ceux qui l’ont précédée à ce poste et faire la preuve que la gestion des affaires par une dame impacte mieux que par des hommes.

Contribuer véritablement et de manière efficace à l’encrage des principes démocratiques au Togo, doit constituer pour Mme Jocelyne Caballero l’une des tâches auxquelles elle doit s’atteler. Certes, le langage diplomatique peut prévaloir et ne saurait être banni, mais dans les coulisses, la diplomate doit œuvrer à faire comprendre au pouvoir en place que la démocratie est meilleure à la dictature. Le principe de la non ingérence souvent évoqué quand la France est embêtée dans sa position n’est qu’un leurre. Dans les faits, et pour ce qui concerne le Togo, la France est présente et souvent consultée par le pouvoir en place. Elle doit alors réussir à atténuer l’appétit insatiable de ceux qui tiennent le pays sous leur joug.

Malheureusement, c’est là qu’échouent généralement les diplomates. Ils consacrent le plus clair de leur temps à défendre les intérêts de leur pays et finissent par oublier que ces intérêts et ceux de leurs ressortissants ne seraient pérennes que si le sentiment anti français ne prospère pas dans les cœurs. Certains, au nom des intérêts, finissent par cautionner les dérapages des régimes totalitaires, à travers un soutien tacite ou leur silence qui les rendent complices.

Bibliographie de la nouvelle ambassadrice

Née en mars 1959, licenciée en histoire de l’université́ de Panthéon-Sorbonne (Paris-I), diplômée de l’Institut d’études politiques de Paris, Mme Jocelyne Caballero fut admise au concours pour le recrutement de secrétaires adjoints des affaires étrangères en 1981. Affectée à la division des opérations à la direction générale des relations culturelles, scientifiques et techniques, au ministère des Relations extérieures (1981-1982), elle fut ensuite vice-consule à Québec (1982-1985) puis conseillère à la mission de coopération et d’action culturelle à Bujumbura (1985-1987).

Deuxième secrétaire à Bonn (1987-1989), elle fut ensuite chef de chancellerie détachée à Mayence (1989-1992) puis premier secrétaire à la représentation permanente de la France auprès du Conseil de l’Europe (1992-1996). Représentante permanente adjointe de la France auprès du Conseil de l’Europe (1996-1999), elle fut ensuite conseillère pour la science et la technologie à la représentation permanente de la France auprès de l’Union européenne à Bruxelles (1999-2001), puis deuxième conseillère chargée de l’Afrique subsaharienne, de l’Assemblée Caraïbes-Pacifique, de la Convention de Lomé́, du Fonds européen de développement, des pays en voie de développement, de la politique d’aide humanitaire et des droits de l’Homme au service des relations extérieures au sein de cette même représentation (2001-2003).

Affectée au titre de la mobilité́ en qualité́ de chargée de mission au secrétariat général pour les affaires régionales d’Alsace (2003-2005), elle fut consule générale à Anvers (2005-2008). Sous-directrice des questions multilatérales et sectorielles à la direction de la coopération de sécurité́ et de défense à la direction générale des affaires politiques et de sécurité́ du ministère des Affaires étrangères et européennes (2008-2010), puis représentante spéciale chargée de la coordination de la lutte internationale contre la piraterie maritime de novembre 2010 à juillet 2013, elle fut ancienne ambassadrice, représentante permanente de la France auprès du Conseil de l’Europe à Strasbourg (2013-2016). Mme Jocelyne Caballero est, depuis novembre 2016, ambassadrice en Andorre.

G.A. / Liberté Togo

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

86 − = 82